Le gouvernement français, à l'image de ses homologues européens, a décidé de taxer le petit peuple en lieu et place des "financiers" à l'origine de la énième crise du capitalisme. Allez savoir pourquoi cela me fait penser au 3ème intermède du Malade imaginaire de Molière. Argon, qui veut devenir médecin, répond aux examinateurs (je la fais courte, lire l'original sur wikisource)

- [un docteur] « Comment soigne-t-on l'hydropisie » ?
- [Argon] « Clysterium donare, Postea seignare, Ensuita purgare » (Utiliser le clystère, puis saigner et enfin purger).
- [le chœur des docteurs] « Bene respondere. Dignus est intrare in nostro docto corpore ».