La difficulté, pour l'heure, est de rejoindre la brèche en contournant légèrement par la droite un champs de lapiaz (cairns). Comme mentionné plus haut les derniers mètres peuvent être un peu délicats : désescalade dans un rocher rendu glissant par la rosée. Il y a un anneau scellé en haut du passage pour ceux qui auraient amené une corde.

La suite est évidente et bien cairnée. L'ambiance et la vue depuis le plateau sommital sont splendides, lac Léman et Jura d'un coté, Aravis et Mont-Blanc de l'autre, Dents du Midi, haut Faucigny et Chablais devant, Bornes derrière !  On y rêverait d'y planter la tente et d'attendre le coucher du soleil (à condition de monter de l'eau). La traversée jusqu'au col d'Encrenaz est assez longue mais plaisante, on peut admirer au passage la vue plongeante sur le Lac Bénit.

Ensuite c'est la descente sans histoire sur la Cha, et c'est là qu'on aurait aimé continuer la descente jusqu'à la route. Pourtant il reste encore environ 6km de chemin vallonné avant de rejoindre la Colombière.

À partir de Chalet Neuf le chemin devient moins marqué et n'est plus balisé. Il faut monter pour contourner une corne de bois caractéristique, traverser au passage quelques pierriers (crapaudine à volonté), puis continuer en traversée ascendante jusqu'à rejoindre le chemin de Montarquis que l'on a emprunté le matin jusqu'à la grotte. De là plus qu'un petit effort avant de pouvoir commander un demi bien mérité.

Crapaudine a feuilles d'hysope, en tisane ou en liqueur.

Dans le même secteur nous avions fait en 2006 la traversée du Petit Bargy au Nord-Est, en 2012 celle de la Pointe du Midi au Sud-Ouest, il nous reste à enchaîner toutes ces courses dans une traversée intégrale des Bornes depuis le Roc des Tours Jusqu'au Petit Bargy. Ce qui est une autre histoire...

Quelques photos sur cet album (merci Annette) et la trace de l'itinéraire sur visugpx.