Après un été médiocre sur les Alpes le soleil de septembre fut propice à de belles randonnées. En voici trois qui ont en commun d'offrir un panorama superbe au prix d'un faible dénivelé (entre 900 et 1100m).

L'aiguille de Borderan

La combe de Borderan est bien connue des skieurs hors piste qui peuvent l'aborder à partir des remontées mécaniques de La Clusaz. Elle est empruntée également dans sa partie basse par ceux qui redescendent de la via ferrata "Yves Pollet-Villard" qui parcourt la falaise du même nom. Mais c'est aussi une jolie randonnée pédestre aboutissant à un sommet facile d'accès pour autant que le terrain soit sec (pentes herbeuses).

Avec un peu de chance vous pourrez comme nous admirer le vol d'un gypaète barbu − dont un couple niche à proximité − ou les acrobaties aériennes de quelques vautours fauves. Et à la descente, à l'orée de la forêt, vous pourrez remplir votre panier de délicieuses framboises pour vos desserts, confitures, sirops ou liqueurs.

Le Piquet de Nantes

Au Nord de La Mure, entre Grenoble et Gap, le massif du Taillefer occupe une position privilégiée entre Oisans, Belledonne, Vercors et Dévoluy. Les hauts sommets du chaînon oriental (Grand Galbert, Taillefer, Grand Armet, Coiro) sont réputé tant par leurs itinéraires alpins que par leur génépi. Le chaînon central (Grand Serre, Tabor, Piquet de Nantes), un peu moins élevé, et le théâtre d'aimables randonnées aux pentes ensoleillées et aux sommets aisés.

Le Piquet de Nantes, le plus méridional d'entre eux, est accessible depuis La Valette ou Saint-Honoré. La boucle que nous avons suivi, au départ de la Grande Combe (entre col de Malissol et le hameau du Poyet), découvre ses merveilles panoramiques tout au long de la montée. Le Dévoluy tout d'abord, dès la sortie de la forêt, avec L'Obiou, le Grand Ferrand et le Pic de Bure. Le Vercors ensuite, en arrivant sur l'arête sud, avec le Grand Veymont et la Grande Moucherolle. Le Mont Aiguille se découvre petit à petit, caché au début par le Senépi. On voit apparaître ensuite les lacs de Laffrey, tels trois joyaux dans leur écrin. Puis la Chartreuse, émergeant derrière le Grand Serre, et enfin le Taillefer et le Grand Armet, seigneurs de ces lieux.

La descente par la Grande Combe permet de donner encore plus de variété à cet itinéraire qui n'en manquait pas. Et de se régaler ici encore des dernières framboises de l'année.

Le Mont Charvin

Avec ses 2409m le Mont Charvin n'est pas le plus haut sommet des Aravis, loin s'en faut. Pourtant sa position dominante au Sud de la chaîne, l'élégance de ses lignes et son impressionnante  muraille Sud-Est lui confère un prestige qui lui valut le surnom de Cervin Savoyard.

Outre la voie normale parcourant la face Ouest et l'arête Nord-Ouest on peut gravir l'arête Sud (accessible par le Cul d'Ugine ou le Goulet de la Trouye) ou l'arête Nord-Est (accessible par le lac du Charvin, par le col des Porthets ou le pas de l'Ours). Combiner 2 de ces itinéraires permet de faire une boucle et de varier les plaisirs. Après avoir garé les voitures au parking des Chandoches nous nous sommes dirigés vers le col des Porthets, avons coupé au dessus du lac pour rejoindre l'arête Nord-Est et sommes redescendus par la face Ouest.

Super panorama à 360° au sommet couvrant de l'Oisans au Faucigny.