Qu'est-il le plus surprenant ? Le cynisme éhonté des dirigeants états-uniens accusant d'espionnage celui qui révèle au grand jour leur propre espionnage des télécommunications mondiales ? Ou la passivité quasi générale du grand public en regard de ces informations ?

Si le sujet mobilise certains médias et associations traditionnellement préoccupés de défense des libertés publiques, la vie de l'immense majorité des internautes semble continuer comme si de rien était. Google, Facebook, Yahoo, Apple, Microsoft et consorts, collaborateurs contraints ou volontaires de ce flicage, espions pour leur propre compte de notre vie privée, peuvent continuer à dormir sur leurs deux oreilles. Les ventes de Windows ou d'Iphone n'ont pas baissées, pas plus que l'utilisation de Skype, des messageries "gratuites" comme gmail, des exhibitions sur les réseaux soit-disant sociaux....

On aurait pu espérer que les militants des mouvements progressistes et révolutionnaires s'engagent résolument dans ce combat au coté des défenseurs des logiciels libres. Hélas ! Qu'il semble dur de remettre en cause ses habitudes. Pourtant comment prétendre changer le monde si l'on n'est pas capable au moins de changer son adresse mail !

Peut-être certains pensent-ils qu'en France nous ne sommes pas concernés ? Outre l'évidence du caractère mondial de cet espionnage, nous avons aussi nos équivalents au Patriot-Act. Et notamment la loi Perben II (2004) qui autorise les policiers à poser des dispositifs d’écoute (caméras ou micros) dans les véhicules et les domiciles privés à l’insu de leur propriétaire et sans avoir à en justifier le motif. Les seuls faits exclu du domaine d'application de cette loi tiennent à la la criminalité financière et la corruption financière, le législateur ayant considéré que « par nature, la corruption est rarement le fait de bandes organisées » (quand je parlais de cynisme) !

Alors qu'attendons-nous ? Qu'un futur (et de plus en plus hypothétique) grand soir vienne guérir l'humanité de toutes ses plaies ? Non seulement qui ne dit mot consent, mais qui ne se protège pas expose les autres et se montre ainsi complice de la NSA et de la CIA.

à lire sur le site de l'Humanité :



Un site pour changer vos habitudes :