Lorsque j'étais étudiant à Grenoble mes compagnons de cordée et moi-même considérions la Chartreuse avec un rien de condescendance. Il offrait certes de jolis paysages et était empli d'histoire, mais ses sommets n'atteignaient qu'à peine 2000m et ses voies d'escalade n'avaient pas le prestiges de celles du Vercors voisin. Mais en 2006 sortit le livre de Pascal Sombardier - Chartreuse inédite, itinéraires insolites - qui eut un retentissement certain sur la toile et sur les sentiers.

Premier essai pour nous en 2009 avec mon cousin Rémi : la Tour Percée. D'un accès pas aussi malaisé que ce que l'on peut lire, c'est paraît-il la reine des arches du massif. C'est en tous cas la plus photographiée.

Cette année j'étrennais un nouveau sac de portage en vue d'un raid en pays Sápmi. Pour le régler 2 magnifiques week-ends début juin : - Dent de Crolles - Dôme de Bellefont en passant par le sangle des arches - Traversée Grand Manti - Fourneau - Col de l'Alpe - Rochers de Belles-Ombres, avec en prime les bornes frontières France-Savoie de 1822 et un beau sangle pour finir.

Au fait, un sangle (masc.) est une vire herbeuse entre deux barres rocheuses produite par l'alternance de strates dures formant les falaises et tendres formant les sangles. Certains sont parcourus par des sentiers parfois aériens qui font la réputation des randonnées chartrousines.

Une recommandation pour finir : tous ces itinéraires sont pour randonneurs confirmés. Le casque est dispensable et du matériel d'assurance (corde et baudrier) pas superflu. Dans des pentes herbeuses, raides et humides, une chute peut être délicate à enrayer. Une solution à envisager, le piolet (même si cela fait sourire des promeneurs de rencontre).

Un petit diaporama fait avec ffDiaporama pour illustrer :