J'ai évoqué dans un billet du 4 novembre dernier mon rejet d'Unity et de Gnome-Shell, et ma recherche d'un environnement plus simple et plus adapté à mes besoins (Internet, bureautique, composition musicale et multimédia). J'avais adopté alors XFCE4 tout en comprenant ce que voulait dire Linus Torwald à son sujet : « une régression par rapport à GNOME 2 mais un grand pas en avant en comparaison à GNOME 3 ».

Quoiqu'il en soit cette démarche m'a fait prendre conscience qu'une interface simple et peu gourmande avait pour effet premier de laisser davantage de ressources (cpu, mémoire...) aux applications elles-mêmes, ce qui est parfois bien agréable (gros fichiers graphiques, montage vidéo...). Poursuivant dans cette voie je me suis donc intéressé à OpenBox, qui n'est pourtant à priori qu'un simple gestionnaire de fenêtre (comme metacity ou compiz). Toutefois la présence d'un menu par le clic droit sur le bureau, et la possibilité de lui adjoindre quelques extensions en font un environnement de bureau certes minimaliste mais tout à fait honnête, et d'une grande vélocité. L'autre avantage est que, à condition de mettre un peu les mains dans le cambouis, on en fait à peu près ce que l'on veut.

Dans le même ordre d'idée Archlinux est une distribution aux antipodes de celles qui vous proposent de faire fonctionner votre installation "out of the box". Vous n'installez dans un premier temps que le minimum, puis ne choisissez que ce dont vous avez réellement besoin. Une distribution en kit, en quelque sorte. Cela suppose quelques recherche sur le web, voire quelques prises de tête, mais au final reste le plaisir de comprendre comment fonctionne le système et la satisfaction du travail bien fait.

Archlinux, Openbox et Tint2 constituent aujourd'hui mon environnement informatique, j'aurai l'occasion d'y revenir, notamment dans cette page consacrée à quelques trucs et astuces découverts pendant l'installation et dans l'utilisation de tous les jours.