Vintherine : le blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 8 décembre 2016

Installation d'une imprimante réseau Brother HL-5450DN

Au boulot j'ai hérité d'une Brother HL-5450DN, et on ne peut pas dire qu'elle marchait out of the box sur mon Archlinux. D'habitude il y a toujours un paquet AUR pour faire le job, mais dans ce cas le paquet brother-brgenml1 ne m'a pas été d'un grand secours.Il m'a donc fallu utiliser un script Brother se basant sur des .deb ou des .rpm.

préalable : installer le paquet AUR dpkg permettant d'installer un paquet deb

yaourt -S dpkg

Ensuite aller sur cette page de téléchargement de brother, accepter le CLUF et télécharger le Driver Install Tool.

Se rendre dans le dossier contenant le téléchargement, le décompacter et lancer la commande

sudo bash ./linux-brprinter-installer-2.1.1-1 
Input model name ->HL-5450DL

You are going to install following packages.
hl5450dnlpr-3.0.0-1.i386.deb
hl5450dncupswrapper-3.0.0-1.i386.deb
OK? [y/N] ->y


=========================================
Brother License Agreement

Brother retains any and all copyrights to the Software. In no case this Agreement shall be construed to assign or otherwise transfer from Brother to User any copyrights or other intellectual property rights to whole or any part of the Software.

Brother grants User a non-exclusive license: to reproduce and/or distribute (via Internet or in any other manner) the Software. Further, Brother grants User a non-exclusive license to modify, alter, translate or otherwise prepare derivative works of the Software and to reproduce and distribute (via Internet or in any other manner) such modification, alteration, translation or other derivative works for any purpose.

The license of the Software from Brother hereunder is granted "AS IS." BROTHER HEREBY DISCLAIMS ANY WARRANTIES WITH RESPECT TO THE SOFTWARE, EXPRESS OR IMPLIED, INCLUDING BUT NOT LIMITED TO WARRANTY FOR THE QUALITY, MERCHANTABILITY, FITNESS FOR PARTICULAR PURPOSE OR NON-INFRINGEMENT.
Brother shall have no liability in contract, tort (including negligence or breach of statutory duty) or otherwise for any interruption of use, loss of data, or for any indirect, incidental, punitive or consequential loss or damage, or for any loss of profit, revenue, data, goodwill or anticipated savings that arises under, out of, or in contemplation of this Agreement or otherwise arises due to any error, inaccuracy or defect in the Software even if Brother has been advised of the possibility of such loss or damage.
Further, Brother shall have no liability to disclose and/or distribute the source cord of the Software to User under any circumstances. In no case shall the above license by Brother to modify, alter, translate or otherwise prepare derivative works of the Software be construed as Brother's implied agreement or undertakings to disclose and/or distribute the source cord of the Software.
=========================================
Do you agree? [Y/n] ->y

wget -T 10 -nd --no-cache http://www.brother.com/pub/bsc/linux/packages/hl5450dnlpr-3.0.0-1.i386.deb
--2016-12-08 14:31:11-- http://www.brother.com/pub/bsc/linux/packages/hl5450dnlpr-3.0.0-1.i386.deb
Résolution de www.brother.com (www.brother.com)… 92.123.227.219, 92.123.227.168
Connexion à www.brother.com (www.brother.com)|92.123.227.219|:80… connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse… 200 OK
Taille : 33734 (33K) [text/plain]
Sauvegarde en : « hl5450dnlpr-3.0.0-1.i386.deb »

hl5450dnlpr-3.0.0-1 100%[===================>] 32,94K --.-KB/s in 0,03s

2016-12-08 14:31:11 (1,17 MB/s) — « hl5450dnlpr-3.0.0-1.i386.deb » sauvegardé [33734/33734]


=========================================
GPL License Agreement

This Software may be used in accordance with GNU General Public License (GPL). Please read carefully the following GPL and click on "I Accept" button. If you cannot agree with the following terms, please click "I don't Accept" button. In case of your non-acceptance, you can not use this Software.
Note:
Please click on "I Accept" while holding down "Shift" or right click on "I Accept" and select "Save Target As,,," from the menu.

GNU GENERAL PUBLIC LICENSE
Version 2, June 1991

Copyright (C) 1989, 1991 Free Software Foundation, Inc.51 Franklin St, Fifth Floor, Boston, MA 02110-1301 USA
Everyone is permitted to copy and distribute verbatim copies of this license document, but changing it is not allowed.

Preamble

The licenses for most software are designed to take away your freedom to share and change it. By contrast, the GNU General Public License is intended to guarantee your freedom to share and change free software--to make sure the software is free for all its users. This General Public License applies to most of the Free Software Foundation's software and to any other program whose authors commit to using it. (Some other Free Software Foundation software is covered by
the GNU Library General Public License instead.) You can apply it to your programs, too.

When we speak of free software, we are referring to freedom, not price. Our General Public Licenses are designed to make sure that you have the freedom to distribute copies of free software (and charge for this service if you wish), that you receive source code or can get it if you want it, that you can change the software or use pieces of it in new free programs; and that you know you can do these things.

To protect your rights, we need to make restrictions that forbid anyone to deny you these rights or to ask you to surrender the rights. These restrictions translate to certain responsibilities for you if you distribute copies of the software, or if you modify it.

For example, if you distribute copies of such a program, whether gratis or for a fee, you must give the recipients all the rights that you have. You must make sure that they, too, receive or can get the
source code. And you must show them these terms so they know their rights.

We protect your rights with two steps: (1) copyright the software, and (2) offer you this license which gives you legal permission to copy, distribute and/or modify the software.

Also, for each author's protection and ours, we want to make certain that everyone understands that there is no warranty for this free software. If the software is modified by someone else and passed on, we want its recipients to know that what they have is not the original, so that any problems introduced by others will not reflect on the original authors' reputations.

Finally, any free program is threatened constantly by software patents. We wish to avoid the danger that redistributors of a free program will individually obtain patent licenses, in effect making the program proprietary. To prevent this, we have made it clear that any patent must be licensed for everyone's free use or not licensed at all.

The precise terms and conditions for copying, distribution and modification follow.

GNU GENERAL PUBLIC LICENSE
TERMS AND CONDITIONS FOR COPYING, DISTRIBUTION AND MODIFICATION

0. This License applies to any program or other work which contains a notice placed by the copyright holder saying it may be distributed under the terms of this General Public License. The "Program", below, refers to any such program or work, and a "work based on the Program" means either the Program or any derivative work under copyright law: that is to say, a work containing the Program or a portion of it, either verbatim or with modifications and/or translated into another language. (Hereinafter, translation is included without limitation in the term "modification".) Each licensee is addressed as "you".

Activities other than copying, distribution and modification are not covered by this License; they are outside its scope. The act of running the Program is not restricted, and the output from the Program
is covered only if its contents constitute a work based on the Program (independent of having been made by running the Program). Whether that is true depends on what the Program does.

1. You may copy and distribute verbatim copies of the Program's source code as you receive it, in any medium, provided that you conspicuously and appropriately publish on each copy an appropriate copyright notice and disclaimer of warranty; keep intact all the notices that refer to this License and to the absence of any warranty; and give any other recipients of the Program a copy of this License along with the Program.

You may charge a fee for the physical act of transferring a copy, and you may at your option offer warranty protection in exchange for a fee.
2. You may modify your copy or copies of the Program or any portion of it, thus forming a work based on the Program, and copy and distribute such modifications or work under the terms of Section 1 above, provided that you also meet all of these conditions:

a) You must cause the modified files to carry prominent notices stating that you changed the files and the date of any change.

b) You must cause any work that you distribute or publish, that in whole or in part contains or is derived from the Program or any part thereof, to be licensed as a whole at no charge to all third parties under the terms of this License.

c) If the modified program normally reads commands interactively when run, you must cause it, when started running for such interactive use in the most ordinary way, to print or display an
announcement including an appropriate copyright notice and a notice that there is no warranty (or else, saying that you provide a warranty) and that users may redistribute the program under these conditions, and telling the user how to view a copy of this License. (Exception: if the Program itself is interactive but does not normally print such an announcement, your work based on the Program is not required to print an announcement.)

These requirements apply to the modified work as a whole. If identifiable sections of that work are not derived from the Program, and can be reasonably considered independent and separate works in themselves, then this License, and its terms, do not apply to those sections when you distribute them as separate works. But when you distribute the same sections as part of a whole which is a work based on the Program, the distribution of the whole must be on the terms of this License, whose permissions for other licensees extend to the entire whole, and thus to each and every part regardless of who wrote it.

Thus, it is not the intent of this section to claim rights or contest your rights to work written entirely by you; rather, the intent is to exercise the right to control the distribution of derivative or collective works based on the Program.

In addition, mere aggregation of another work not based on the Program with the Program (or with a work based on the Program) on a volume of a storage or distribution medium does not bring the other work under the scope of this License.
3. You may copy and distribute the Program (or a work based on it, under Section 2) in object code or executable form under the terms of Sections 1 and 2 above provided that you also do one of the following:

a) Accompany it with the complete corresponding machine-readable source code, which must be distributed under the terms of Sections 1 and 2 above on a medium customarily used for software interchange; or,

b) Accompany it with a written offer, valid for at least three years, to give any third party, for a charge no more than your cost of physically performing source distribution, a complete machine-readable copy of the corresponding source code, to be distributed under the terms of Sections 1 and 2 above on a medium customarily used for software interchange; or,

c) Accompany it with the information you received as to the offer to distribute corresponding source code. (This alternative is allowed only for noncommercial distribution and only if you
received the program in object code or executable form with such an offer, in accord with Subsection b above.)

The source code for a work means the preferred form of the work for making modifications to it. For an executable work, complete source code means all the source code for all modules it contains, plus any associated interface definition files, plus the scripts used to control compilation and installation of the executable. However, as a special exception, the source code distributed need not include anything that is normally distributed (in either source or binary form) with the major components (compiler, kernel, and so on) of the operating system on which the executable runs, unless that component itself accompanies the executable.

If distribution of executable or object code is made by offering access to copy from a designated place, then offering equivalent access to copy the source code from the same place counts as distribution of the source code, even though third parties are not compelled to copy the source along with the object code.
4. You may not copy, modify, sublicense, or distribute the Program except as expressly provided under this License. Any attempt otherwise to copy, modify, sublicense or distribute the Program is void, and will automatically terminate your rights under this License. However, parties who have received copies, or rights, from you under this License will not have their licenses terminated so long as such parties remain in full compliance.
5. You are not required to accept this License, since you have not signed it. However, nothing else grants you permission to modify or distribute the Program or its derivative works. These actions are prohibited by law if you do not accept this License. Therefore, by modifying or distributing the Program (or any work based on the Program), you indicate your acceptance of this License to do so, and all its terms and conditions for copying, distributing or modifying
the Program or works based on it.
6. Each time you redistribute the Program (or any work based on the Program), the recipient automatically receives a license from the original licensor to copy, distribute or modify the Program subject to these terms and conditions. You may not impose any further restrictions on the recipients' exercise of the rights granted herein. You are not responsible for enforcing compliance by third parties to this License.
7. If, as a consequence of a court judgment or allegation of patent infringement or for any other reason (not limited to patent issues), conditions are imposed on you (whether by court order, agreement or otherwise) that contradict the conditions of this License, they do not excuse you from the conditions of this License. If you cannot distribute so as to satisfy simultaneously your obligations under this License and any other pertinent obligations, then as a consequence you may not distribute the Program at all. For example, if a patent license would not permit royalty-free redistribution of the Program by all those who receive copies directly or indirectly through you, then the only way you could satisfy both it and this License would be to refrain entirely from distribution of the Program.

If any portion of this section is held invalid or unenforceable under any particular circumstance, the balance of the section is intended to apply and the section as a whole is intended to apply in other circumstances.

It is not the purpose of this section to induce you to infringe any patents or other property right claims or to contest validity of any such claims; this section has the sole purpose of protecting the integrity of the free software distribution system, which is implemented by public license practices. Many people have made generous contributions to the wide range of software distributed through that system in reliance on consistent application of that system; it is up to the author/donor to decide if he or she is willing to distribute software through any other system and a licensee cannot impose that choice.

This section is intended to make thoroughly clear what is believed to be a consequence of the rest of this License.
8. If the distribution and/or use of the Program is restricted in certain countries either by patents or by copyrighted interfaces, the original copyright holder who places the Program under this License may add an explicit geographical distribution limitation excluding those countries, so that distribution is permitted only in or among countries not thus excluded. In such case, this License incorporates the limitation as if written in the body of this License.
9. The Free Software Foundation may publish revised and/or new versions of the General Public License from time to time. Such new versions will be similar in spirit to the present version, but may differ in detail to address new problems or concerns.

Each version is given a distinguishing version number. If the Program specifies a version number of this License which applies to it and "any later version", you have the option of following the terms and conditions either of that version or of any later version published by the Free Software Foundation. If the Program does not specify a version number of this License, you may choose any version ever published by the Free Software Foundation.
10. If you wish to incorporate parts of the Program into other free programs whose distribution conditions are different, write to the author to ask for permission. For software which is copyrighted by the Free Software Foundation, write to the Free Software Foundation; we sometimes make exceptions for this. Our decision will be guided by the two goals of preserving the free status of all derivatives of our free software and of promoting the sharing and reuse of software generally.

NO WARRANTY

11. BECAUSE THE PROGRAM IS LICENSED FREE OF CHARGE, THERE IS NO WARRANTY FOR THE PROGRAM, TO THE EXTENT PERMITTED BY APPLICABLE LAW. EXCEPT WHEN OTHERWISE STATED IN WRITING THE COPYRIGHT HOLDERS AND/OR OTHER PARTIES PROVIDE THE PROGRAM "AS IS" WITHOUT WARRANTY OF ANY KIND, EITHER EXPRESSED OR IMPLIED, INCLUDING, BUT NOT LIMITED TO, THE IMPLIED WARRANTIES OF MERCHANTABILITY AND FITNESS FOR A PARTICULAR PURPOSE. THE ENTIRE RISK AS TO THE QUALITY AND PERFORMANCE OF THE PROGRAM IS WITH YOU. SHOULD THE PROGRAM PROVE DEFECTIVE, YOU ASSUME THE COST OF ALL NECESSARY SERVICING, REPAIR OR CORRECTION.
12. IN NO EVENT UNLESS REQUIRED BY APPLICABLE LAW OR AGREED TO IN WRITING WILL ANY COPYRIGHT HOLDER, OR ANY OTHER PARTY WHO MAY MODIFY AND/OR REDISTRIBUTE THE PROGRAM AS PERMITTED ABOVE, BE LIABLE TO YOU FOR DAMAGES, INCLUDING ANY GENERAL, SPECIAL, INCIDENTAL OR CONSEQUENTIAL DAMAGES ARISING OUT OF THE USE OR INABILITY TO USE THE PROGRAM (INCLUDING BUT NOT LIMITED TO LOSS OF DATA OR DATA BEING RENDERED INACCURATE OR LOSSES SUSTAINED BY YOU OR THIRD PARTIES OR A FAILURE OF THE PROGRAM TO OPERATE WITH ANY OTHER PROGRAMS), EVEN IF SUCH HOLDER OR OTHER PARTY HAS BEEN ADVISED OF THE POSSIBILITY OF SUCH DAMAGES.

END OF TERMS AND CONDITIONS

How to Apply These Terms to Your New Programs

If you develop a new program, and you want it to be of the greatest possible use to the public, the best way to achieve this is to make it free software which everyone can redistribute and change under these terms.

To do so, attach the following notices to the program. It is safest to attach them to the start of each source file to most effectively convey the exclusion of warranty; and each file should have at least the "copyright" line and a pointer to where the full notice is found.

<one line to give the program's name and a brief idea of what it does.>
Copyright (C) <year> <name of author>

This program is free software; you can redistribute it and/or modify it under the terms of the GNU General Public License as published by the Free Software Foundation; either version 2 of the License, or (at your option) any later version.

This program is distributed in the hope that it will be useful, but WITHOUT ANY WARRANTY; without even the implied warranty of MERCHANTABILITY or FITNESS FOR A PARTICULAR PURPOSE. See the GNU General Public License for more details.

You should have received a copy of the GNU General Public License along with this program; if not, write to the Free Software Foundation, Inc., 51 Franklin St, Fifth Floor, Boston, MA 02110-1301 USA


Also add information on how to contact you by electronic and paper mail.

If the program is interactive, make it output a short notice like this when it starts in an interactive mode:

Gnomovision version 69, Copyright (C) year name of author Gnomovision
comes with ABSOLUTELY NO WARRANTY; for details type `show w'.
This is free software, and you are welcome to redistribute it
under certain conditions; type `show c' for details.

The hypothetical commands `show w' and `show c' should show the appropriate parts of the General Public License. Of course, the commands you use may be called something other than `show w' and `show c'; they could even be mouse-clicks or menu items--whatever suits your program.

You should also get your employer (if you work as a programmer) or your school, if any, to sign a "copyright disclaimer" for the program, if necessary. Here is a sample; alter the names:

Yoyodyne, Inc., hereby disclaims all copyright interest in the program
`Gnomovision' (which makes passes at compilers) written by James Hacker.

<signature of Ty Coon>, 1 April 1989
Ty Coon, President of Vice

This General Public License does not permit incorporating your program into proprietary programs. If your program is a subroutine library, you may consider it more useful to permit linking proprietary applications with the library. If this is what you want to do, use the GNU Library General Public License instead of this License.
=========================================

Do you agree? [Y/n] ->y

wget -T 10 -nd --no-cache http://www.brother.com/pub/bsc/linux/packages/hl5450dncupswrapper-3.0.0-1.i386.deb
--2016-12-08 14:31:14-- http://www.brother.com/pub/bsc/linux/packages/hl5450dncupswrapper-3.0.0-1.i386.deb
Résolution de www.brother.com (www.brother.com)… 92.123.227.168, 92.123.227.219
Connexion à www.brother.com (www.brother.com)|92.123.227.168|:80… connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse… 200 OK
Taille : 13474 (13K) [text/plain]
Sauvegarde en : « hl5450dncupswrapper-3.0.0-1.i386.deb »

hl5450dncupswrapper 100%[===================>] 13,16K --.-KB/s in 0,006s

2016-12-08 14:31:14 (2,27 MB/s) — « hl5450dncupswrapper-3.0.0-1.i386.deb » sauvegardé [13474/13474]

./linux-brprinter-installer-2.1.1-1: ligne 1800: apt-get : commande introuvable
./linux-brprinter-installer-2.1.1-1: ligne 1804: apt-get : commande introuvable
./linux-brprinter-installer-2.1.1-1: ligne 1808: apt-get : commande introuvable
ln: impossible de créer le lien symbolique '/etc/init.d/cupsys': Aucun fichier ou dossier de ce type
ln: impossible de créer le lien symbolique '/etc/init.d/cups': Aucun fichier ou dossier de ce type
ln: impossible de créer le lien symbolique '/etc/init.d/lpd': Aucun fichier ou dossier de ce type
ln: impossible de créer le lien symbolique '/etc/init.d/lprng': Aucun fichier ou dossier de ce type
dpkg -x hl5450dnlpr-3.0.0-1.i386.deb /
dpkg -x hl5450dncupswrapper-3.0.0-1.i386.deb /
dpkg-deb: building package 'hl5450dnlpr' in 'hl5450dnlpr-3.0.0-1a.i386.deb'.
dpkg -b ./brother_driver_packdir hl5450dnlpr-3.0.0-1a.i386.deb
dpkg-deb: building package 'hl5450dncupswrapper' in 'hl5450dncupswrapper-3.0.0-1a.i386.deb'.
dpkg -b ./brother_driver_packdir hl5450dncupswrapper-3.0.0-1a.i386.deb
dpkg -i --force-all hl5450dnlpr-3.0.0-1a.i386.deb
dpkg: avertissement: problème contourné par utilisation de --force :
dpkg: avertissement: l'architecture du paquet (i386) ne correspond pas à celle du système (amd64)
Sélection du paquet hl5450dnlpr:i386 précédemment désélectionné.
(Lecture de la base de données... 0 fichier et répertoire déjà installé.)
Préparation du dépaquetage de hl5450dnlpr-3.0.0-1a.i386.deb ...
Dépaquetage de hl5450dnlpr:i386 (3.0.0-1) ...
Paramétrage de hl5450dnlpr:i386 (3.0.0-1) ...
chown: utilisateur incorrect: « lp »
dpkg -i --force-all hl5450dncupswrapper-3.0.0-1a.i386.deb
dpkg: avertissement: problème contourné par utilisation de --force :
dpkg: avertissement: l'architecture du paquet (i386) ne correspond pas à celle du système (amd64)
Sélection du paquet hl5450dncupswrapper:i386 précédemment désélectionné.
(Lecture de la base de données... 29 fichiers et répertoires déjà installés.)
Préparation du dépaquetage de hl5450dncupswrapper-3.0.0-1a.i386.deb ...
Dépaquetage de hl5450dncupswrapper:i386 (3.0.0-1) ...
Paramétrage de hl5450dncupswrapper:i386 (3.0.0-1) ...
lpadmin -p HL5450DN -E -v usb://dev/usb/lp0 -P /usr/share/ppd/brother/brother-HL-5450DN-cups-en.ppd
#
Will you specify the Device URI? [Y/n] ->


0: ipps
1: beh
2: smb
3: socket
4: http
5: lpd
6: https
7: ipp
8: dnssd://Brother%20HL-5450DN%20series._ipp._tcp.local/?uuid=e3248000-80ce-11db-8000-30055c980637
9: dnssd://MX-2310U%20(1501035Y00)._printer._tcp.local/
10: lpd://192.168.1.150/lp
11: lpd://BRN30055C980637/BINARY_P1
12 (I): Specify IP address.
13 (A): Auto. (dnssd://Brother%20HL-5450DN%20series._ipp._tcp.local/?uuid=e3248000-80ce-11db-8000-30055c980637)

select the number of destination Device URI. ->12

enter IP address ->192.168.1.249
lpadmin -p HL5450DN -v socket://192.168.1.249 -E
Test Print? [y/N] ->y

wait 5s.
lpr -P HL5450DN /usr/share/cups/data/testprint
Hit Enter/Return key.
[vincent@taf linux-brprinter-installer-2.1.1-1]$

l'option 8 dnssd://Brother%20HL-5450DN%20series._ipp._tcp.local/?uuid=e3248000-80ce-11db-8000-30055c980637 aurait étée tout aussi bien.

dimanche 20 novembre 2016

ACL ou la gestion fine des droits sous Linux

Sur le vieux PC Dell que j'ai évoqué lors de mon précédent billet, j'ai créé un répertoire /home/commun pour que ma chère et tendre et moi-même puissions stocker quelques ressources... communes (vidéos, musique, photos etc).

Mais en matière de gestion des droits d'accès Linux, par défaut, est clairement orienté utilisateur. Gérer les droits pour un groupe n'est pas réellement prévu et donc créer un répertoire commun à tout ou partie des utilisateurs d'un même PC ne fonctionne pas "out of the box". Même si le répertoire initial est créé avec les droits qui vont bien (rwxrwx---) toute écriture à l'intérieur héritera des droits définis (par défaut) par l'auteur. C'est modifiable avec umask, mais outre que ceci ne soit pas trivial cela ne permet pas de gérer individuellement les fichiers et répertoires. Quand à gérer au cas par cas avec chmod autant ne pas en parler.

La solution c'est ACL, pour Access Control List. Comme c'est une dépendance de sytemd c'est déjà installé automatiquement sur Archlinux, ce qui ne veut pas dire qu'il n'y a rien à faire.

Lire la suite...

mardi 15 novembre 2016

Chiffrement de son répertoire personnel

J'ai récupéré un vieux Dell sur lequel j'ai installé ma distribution et mon environnement graphique habituels (Archlinux / Openbox). L'idée est d'en faire un PC à emmener partout. Hum... et à oublier partout ! Donc il faut pour le moins protéger ses données, pour que son éventuelle perte ne permette à quiconque d'explorer nos documents et/ou mots de passe Internet. La solution est évidement le chiffrement, et tout est expliqué sur cette page du wiki d'Archlinux. Mais comme c'est en anglais et que tout ne m'était pas aussi évident que je l'espérais voici un compte rendu de cette opération.

État des lieux :

Archlinux à jour, utilisateur(s) créé(s), mots de passes définis (et solides, il serviront au chiffrement), répertoires personnels créés (et non vides, pour pouvoir tester), suffisamment de place dans la partition dans laquelle est monté /home (environ 2,5 fois plus que la taille du plus gros répertoire à chiffrer). Une bonne sauvegarde ne peut pas nuire. Même si une copie du répertoire sera faite par l'outil de migration (sous la forme /home/USERNAME.xxxxxxx) avant chiffrement, pourquoi ne pas essayer clonezilla ?

Programmes à installer :

# pacman -S ecryptfs-utils rsync lsof pam_mount

Lire la suite...

lundi 14 septembre 2015

Transférer et géolocaliser mes photos : un petit script

En matière de classement des photos, comme dans bien d'autres domaines, j'ai le sentiment de ramer à contre courant. L'heure est à l'utilisation de logiciels graphiques sophistiqués, prenant en charge depuis l'insertion de la carte SD (ou la connexion de l'APN) jusqu'au téléversement sur l'album en ligne. Digikam fait, paraît-il, cela très bien, mais je le trouve trop lourd et d'un emploi mal aisé. Je fondais quelques espoir sur oqapy, malheureusement je ne le trouve plus sur les dépôts Archlinux, même pas dans AUR... J'aime assez gthumb mais il ne sait pas faire tout ça.

Bref, je continue à travailler à la mimine selon un processus bien établi :

  • Créer un répertoire au nom significatif tant du point de vue chronologique que géographique (aaaammjj_Localisation)
  • Y copier les fichiers JPG et les renommer selon un shéma analogue (aaaammjj_hhmmss_Localisation_NomOriginel.JPG)
  • Y copier le ou les éventuel(s) fichiers gpx associés et géolocaliser les images
  • Sélectionner, recadrer et éventuellement retoucher les meilleurs clichés avant de les transférer vers notre album Piwigo

Pour renommer les photos j'utilise exiv2 de la manière suivante :

exiv2 -r %Y%m%d_%H%M%S_Localisation_:basename: mv *.JPG

Pour géolocaliser j’utilise Gpscorrelate, que j'ai présenté ici, qui est malheureusement abandonné par son créateur mais a l'avantage de disposer à la fois d'une version graphique et d'une version en ligne de commande.

gpscorrelate -g monFichierTrace.gpx -z [valeur] *.JPG

La valeur à associer à l'option -z est le décalage du fuseau horaire, par exemple +1:00 pour l’heure normale d’Europe centrale (CET : Paris, Bruxelles, Genève…) et +2:00 pour l’heure d’été d’Europe centrale (CEST). Ceci dans la mesure ou l’horodatage des photos est faite en heure locale et celle du GPS en UTC, ce qui est en principe le cas. Il y a d'autres options possible, voir la  documentation.

Bon, ce n'est pas trop compliqué, mais il faut se souvenir des options, tout ça.... Pourquoi ne pas automatiser le processus dans un petit script ?

Lire la suite...

samedi 9 mai 2015

Vers la fin du RTFM ?

Les lecteurs de linuxfr l'auront noté au détours d'un commentaire de Xinfe : eg est, pour les cas les plus simples, une alternative séduisante à man. Si comme moi vous ne connaissez rien de plus ennuyeux que de devoir consulter des pages entières de manuel regorgeant d'options que vous n'utiliserez jamais alors qu'un simple exemple suffirait à votre bonheur alors eg est fait pour vous. 

Pour l'installer pas de souci sous Archlinux, le paquet est dans AUR, mais je n'en ai pas trouvé pour Ubuntu et dérivés

Les fichiers exemples sont stockés au format Markdown dans deux répertoires : celui par défaut, fourni par le paquet (/usr/lib/python3.4/site-packages/eg/examples/ sur mon ordi) et un éventuel répertoire personnalisé. Pour indiquer l'emplacement de ce dernier (et modifier éventuellement le chemin de celui par défaut) il faut créer un fichier ~/.egrc sous la forme suivante :

[eg-config]
examples-dir = /un_autre/répertoire/
custom-dir = ~/mon/répertoire/personnalisé

Pour créer un nouveau fichier d'exemple le plus simple est évidement de s'inspirer d'un fichier fourni avec le programme. Son nom sera composé du nom de la commande suivi de l’extension .md

On obtient la liste des fichiers exemples disponibles par l'option --list : eg --list

Ce qui donne initialement ifconfig whereis ls less cut which more ps whatis rm locate chmod find touch grep sudo xargs cat ln mv cd mkdir tr scp pwd kill od hexdump du cp chown sort curl awk su top tar wc gcc

Ironie de l'histoire il n'existe ni page man ni page eg consacrées à eg. Mais la documentation sur le site est assez claire (mais en anglais).

Pour ma part je me promets de contribuer prochainement en rédigeant une page sur la gestion des meta-données des photos avec exiv2. Y'a du boulot....

lundi 1 décembre 2014

LockKeys 0.2

J'ai évoqué récemment mon besoin d'avoir une applet indicateur d'état du clavier (capslock et numlock) indépendante de l'environnement de bureau. Ne trouvant rien qui me satisfasse j'ai alors bidouillé un script en bash, mais avec dans un coin de ma tête l'idée que l'occasion était bien belle de me mettre enfin à Python. D'autant plus que j'utilise Battery Monitor (aka batterymon-clone) écrit en python2 et dont je me suis bien entendu largement inspiré.

Fonctionnement : une simple icône dans le systray avec un menu accessible par un clic droit

En option il est possible de jouer un son et/ou d'afficher une notification. Le jeux d'icônes et le fichier son doivent être installés pour l'instant dans /usr/local/share/lockkeys. Ils sont réunis dans cette archive.

Lire la suite...

mercredi 19 novembre 2014

Copie spéciale

Cela fait quelques temps que je pensais à un petit script pour me simplifier la vie dans certaines circonstances :

  • quand le clavier est verrouillé en majuscule et que je ne m'en rends compte qu'au bout d'une minute (et oui, je ne sais pas taper sans regarder mes doigts) !
  • quand je dois copier coller une zone numérique dont le séparateur décimal est un point au lieu d'une virgule (ou inversement)
  • quand je veux traduire à la volée un texte d'un document quelconque ailleurs que sur le web (page de man par exemple)

Je n'imaginais pas à quel point cela pouvait être facile... à une toute petite difficulté près.

Lire la suite...

Bidouillage : des leds pour capslock et numlock en bash

Les leds capslock et numlock sur ma machine sont ridiculement petits et mal placés. Dans la plupart des environnement de bureau (KDE, Gnome, XFCE, Cinnmon, Mate, Unity...) il y a des applets pour les remplacer, mais comme je n'utilise en lieu et place que d'un simple gestionnaire de fenêtre (OpenBox), je me suis trouvé assez dépourvu. J'ai cherché sur le web une application qui se loge dans le systray, mais sans succès.

D'où l'idée d'en faire une à ma sauce, mais comme je renvoie toujours au surlendemain l'apprentissage de Python  j'ai encore eu recours à un infâme bidouillage en bash. Enfin, ça fonctionne, et même plutôt bien, alors...

Les dépendances :
  • xterm pour exécuter le script dans une fenêtre facile à gérer
  • alltray pour envoyer la fenêtre dans le systray
  • xset pour connaître l'état du clavier (capslock et numlock)
  • xseticon (AUR) pour changer son icône à chaque changement d'état.
  • aplay, installé par alsa donc en principe présent

Lire la suite...

dimanche 16 novembre 2014

yaourt paginé et en couleur

extrait du wiki de archlinux.fr :

Yaourt est un programme en ligne de commande qui interface les fonctions de pacman et makepkg pour la gestion des paquets sous Arch Linux.

Cet outil bien connu des archers est particulièrement utile dans son mode interactif combinant recherche et installation (qui est du reste le mode par défaut). Pour les débianeux essayez d'imaginer un apt-cache search en couleur vous permettant de sélectionner dans le résultat le ou les paquet(s) à installer (peut-être cela existe-t-il).

Toutefois la recherche s'effectuant tant sur le nom du paquet que sur sa description, et intégrant d'office tous les paquets du dépôt des utilisateurs AUR, le nombre de lignes résultant peut vite devenir important. Et même gênant car le plus souvent ce qui nous intéresse est au sommet de la liste, provenant des dépôts officiels (core, extra, community, multilib) quand les dernières lignes que nous voyons, au moment de saisir le numéro des paquets à installer, ne contiennent que des paquets AUR. Dans un émulateur de terminal en mode graphique c'est le recours assuré à l'ascenseur ou à la molette !

Une solution est la pagination en utilisant une commande comme more, less ou most. Il existe pour cela l'option --pager. Extrait de la page man :

--pager
           Use $PAGER to show search results.

Il faut donc préalablement définir $PAGER :

export PAGER=less

ainsi la commande yaourt --pager monpaquet vous permettra de naviguer dans la liste avec les touches de paginations. Il suffira d'appuyer sur la touche q pour sortir de less et de se voir demander de saisir sa sélection.

Parfait.... mais il y a encore un petit quelque-chose à régler : la sortie n'est plus en couleur, l'option --pager désactivant cette caractéristique. Elle peut se rétablir avec l'option --color mais il faut alors demander à less d'autoriser les caractères spéciaux, ce qui se fait par l'option -r ⇒ export PAGER="less -r"

Et comme la commande finale (yaourt --color --pager) est un peu longue je me suis fait un alias et j'ai mis tout ça dans mon .bashrc :

export PAGER="less -r"
alias fromage="yaourt --color --pager"

samedi 15 novembre 2014

Rechercher sur le web avec Thunderbird

Avec son lecteur de flux et son lecteur de newsgroups Thunderbird est bien plus qu'un simple courrielleur. Il dispose en conséquence de deux modules de recherche : l'un opère à l'intérieur de votre courrier ou flux (contenu, expéditeur, destinataire...), l'autre permet de rechercher dans le web le contenu d'une zone sélectionnée.

C'est ce dernier qui est sujet à polémique puisqu'il utilise par défaut le moteur de recherche de Microsoft, Bing, avec lequel Thunderbird a passé un accord de partenariat (comme Firefox avec Google). Les autres moteurs livrés à l'installation sont Amazon, AOL, eBay, Twitter , Yahoo et Wikipédia, presque tous dans leur versions américaines (Yahoo etTwitter se francisant à la volée).

Le plus embêtant c'est qu'il ne semble pas y avoir d'option de menu pour en ajouter ou en supprimer.

Ce n'est pourtant pas très compliqué car Thunderbid utilise le même type de fichiers xml que Firefox et les stocke dans /usr/lib/thunderbird/searchplugins/ et dans les répertoires de profil  ~/.thunderbird/xxxxxxxx.default/searchplugins (ceux de Firefox sont dans /usr/lib/firefox/browser/searchplugins/ et ~/.mozilla/firefox/xxxxxxxx.default/searchplugins)

il vous suffit donc de copier / coller les moteurs qui vous intéressent ou, tout simplement, de remplacer le dossier searchplugins de Thunderbird par un lien pointant sur celui de Firefox :

rm -rf ~/.thunderbird/xxxxxxxx.default/searchplugins
ln -s ~/.mozilla/firefox/xxxxxxxx.default/searchplugins ~/.thunderbird/xxxxxxxx.default/searchplugins

(remplacez xxxxxxxx.default par le nom du dossier dans votre répertoire personnel).  Ainsi tout ajout ou suppression d'un moteur de Firefox vaudra pour Thunderbird.

Notez que les moteurs installés dans /usr/lib/firefox/browser/searchplugins/ ne seront pas pris en compte sauf être copiés dans ~/.mozilla/firefox/xxxxxxxx.default/searchplugins (par exemple wikipedia en langue anglaise).

Par ailleurs si vous souhaitez ne pas voir apparaître tout ou partie des moteurs installés avec Thunderbird il vous faudra les supprimer en tant que root dans /usr/lib/thunderbird/searchplugins/. Mais ce sera à faire à chaque mise à jour du paquet.

Mise en œuvre

Sélectionnez une zone de texte dans un message (mail, news, flux) puis clic droit et en 3ème ligne « rechercher ... avec ... »

Changer de moteur

cliquez sur une des icônes dans la barre de gauche

Choisir un moteur par défaut

Cliquez sur l'icône en forme de cœur en bas de la barre de gauche et cela affectera le moteur en cours comme moteur par défaut.

vendredi 7 novembre 2014

Astuce : afficher rapidement une aide personnalisée

J'utilise un grand nombre de raccourcis claviers pour appeler mes applications favorites, ce qui va souvent plus vite que d'explorer un menu avec la souris. La difficulté est de s'en souvenir, même si les raccourcis à la Emacs d'Openbox facilitent grandement les choses. J'ai donc ressenti le besoin d'afficher simplement et rapidement un tableau des différentes commandes et de le faire disparaître de la même manière.

J'ai d'abord pensé à notify-send puisqu'il accepte le html. Mais peut-être pas toutes les balises, et sans doute pas quelque-chose aussi complexe qu'un tableau. Puis j'ai pensé à feh, la visionneuse d'image légère et paramétrable, qui sert notamment à gérer les fonds d'écran. Un petit tour dans la page man pour vérifier les options qui m'intéressent  :
  • -x pour créer des fenêtres sans marge.
  • -g pour positionner la fenêtre où bon me semble.
Le contenu de l'aide peut être édité avec n'importe quelle application : il suffit d'imprimer dans un fichier au format post-script puis de le transformer en jpg ou en png, par exemple avec Gimp. Puisque dans mon cas le contenu prend la forme d'un tableau j'ai utilisé LibreOffice calc.

Dernière chose : affecter un raccourcis à la commande d'affichage feh -x --geometry +548+35 ~/.config/openbox/raccourcis.png

Les paramètres de positionnement correspondent évidement à mon écran et à mon image, il faudrait les adapter dans un autre contexte.Une fois l'aide affichée un simple appuis sur la touche échap la fait disparaître.

L'inconvénient principal de ce dispositif est évidement à la nature picturale du support, qui interdit le copier / coller. J'ai testé divers programmes pour faire la même chose avec du pdf, mais sans succès. Ceci dit pour des notes plus complètes et navigables je recommande zim, disponibles dans toutes les distributions.

jeudi 18 septembre 2014

TouchpadToggle : Gestion du touchpad

Le touchpad, je ne m'en sers que quand je ne peux pas faire autrement, c'est-à-dire quand je n'ai pas de souris. Par contre quand il est actif il me gène plus qu'autre chose et l'activité des mains sur le clavier provoque bien des erreurs. Il y a bien une touche de fonction prévue à cet usage sur mon ordinateur mais elle ne fonctionne pas nativement dans mon environnement de travail (Archlinux Openbox). Aussi je l'avais tout simplement (et paresseusement) désactivé en mettant dans mon autostart la première commande trouvée sur le web :
$ /usr/bin/synclient TouchpadOff=1 &

Curieusement cela n'affecte que le déplacement du pointeur, mais pas l'activité des boutons. ClickPad=0 résolvait partiellement le problème (le simple clic, mais pas le double) mais la recherche commençait à devenir pénible et je sentais bien que si je voulais une solution pérenne il me fallait reprendre le problème à la base. En l’occurrence la base c'est xorg (tant que Wayland n'aura pas définitivement remplacé xorg), et ça tombe bien, chez xorg ils ont commis un petit outil en ligne de commande pour gérer les périphériques d'entrée : xinput (que vous trouverez dans le paquet xorg-xinput de toutes les bonnes distributions).

Voici donc ma démarche et le petit script qui en résulte (voir à la fin de l'article). À adapter en fonction des besoins et du matériel.

Lire la suite...

samedi 23 novembre 2013

Ma procédure d'installation Archlinux

Contrairement à bon nombre de distributions Archlinux ne possède pas de LiveCD avec processus d'installation plus ou moins automatisé. Bien au contraire c'est le futur utilisateur qui doit, étape après étape, préparer son ordinateur, installer les paquets de base, choisir ses pilotes graphiques, paramétrer le système et le(s) compte(s) utilisateur(s), choisir les applications qu'il utilisera... Ce qui peut apparaître comme une tâche rébarbative à certains est en fait un exercice didactique plus qu'intéressant, seul à même d'aider à passer progressivement du rôle passif de consommateur à celui d'artisan de son système d'exploitation, c'est à dire de concepteur, agenceur, réalisateur puis administrateur.

Pour nous aider dans cette procédure nous disposons de l’excellent wiki du site archlinux.fr (ou de sa version anglaise, plus complète). La méthodologie d'installation est expliquée pas à pas et sauf configuration exotique ou trop nouvelle on y trouvera tout ce qui est nécessaire et suffisant à une installation propre. En cas de difficulté on peut également compter sur une communauté très réactive dans les forums.

Toutefois pour ceux qui installent souvent des PC install parties, boulot, amis...(1) il est tentant d'essayer d'automatiser un peu les choses.

La première étape est d'utiliser ssh : cela permet le copier / coller et évite les fautes de frappe.

Ensuite, et à condition de mettre à jour régulièrement ses fiches à partir du wiki, de compiler les instructions qui nous concernent habituellement, et celles-ci seulement. Ce n'est pas la peine par exemple de ce farcir la virtualisation, les pilotes graphiques propriétaires ou même le trio apache / php / mysql si l'on installe essentiellement des machines de bureau. En cas de besoin il sera toujours possible de retourner au wiki.

Lire la suite...

dimanche 3 novembre 2013

Installation d'Archlinux sur un Asus X75VD

Dans une grande surface près de chez moi j'ai trouvé un Asus X75VD en solde pour la modique somme de 350€. Sachant que Asus rembourse 42€ sur simple demande par mail (voir ci-dessous) une licence Windows 8 sans utilité, cela ramenait à 308€ pour un i3, 8Go de RAM et 750Go de disque. Ça tombait bien, le PC de ma fille aînée commençait à donner des signes de faiblesse.

À peine envoyé le mail qui va bien à Asus, et puisque le PC était destiné à ma fille, j'insérais sans délai la clé USB d'installation de la LinuxMint dont elle avait l'habitude et... écran noir. Ah ! Qu'est-ce à dire ? Mint buggué ?

Je télécharge Ubuntu, insère derechef la sus-dite clé... pour un résultat identique. Ah !

Pour vérification j'insère la clé d'installation Archlinux et là pas de problème. Le problème vient donc de xorg. Pourtant j'étais sûr qu'il y avait une GPU Intel. Je fais lspci | grep VGA pour vérifier et...

lspci | grep VGA
00:02.0 VGA compatible controller: Intel Corporation 3rd Gen Core processor Graphics Controller (rev 09)
01:00.0 VGA compatible controller: NVIDIA Corporation GF119M [GeForce 610M] (rev a1)

Damned, je suis refait, il y a 2 cartes graphiques, une Intel et une nVidia. Il s'agit de fameuse fumeuse technologie Optimus, qui valut entre autre un beau doigt d'honneur de Linus à l'adresse de nVidia. Et rien dans le BIOS permettant de désactiver l'une des deux cartes.

Retour sur la doc Ubuntu :

impossibilité de démarrer un média d'installation (LiveCD, LiveUSB) et de manière plus générale, l'impossibilité de démarrer un Linux quelconque. Ce problème est généralement dû à un Kernel Panic provoqué par le pilote libre pour carte graphique nVidia, nouveau, qui supporte très mal cette technologie.

Ben y'a qu'à pas l'installer le pilote nouveau, comme ça on restera bien sagement avec le pilote xf86-video-intel. Oui mais ça c'est pas dans la philosophie Ubuntu : par défaut on installe tous les pilotes et on laisse udev se démerder. Bon, il y a sûrement moyen de se faire une installation à la pogne mais j'ai trop peur qu'un apt-get dist-upgrade vienne tout casser. Je me décide donc pour installer une Arch, au moins je sais ce qu'il s'y passe.

Lire la suite...

samedi 13 avril 2013

Gestion d'un disque dur externe en ext4

Si votre disque dur externe n'est utilisé qu'à partir d'un système Linux vous avez tout intérêt à le formater en ext4 pour bénéficier du système d'extents limitant le phénomène de fragmentation. Il est également possible d'utiliser reiser4 (en mode extents) ou btrfs mais ces solutions sont encore expérimentales.

On notera toutefois qu'un mot de passe root vous sera demandé au montage, ce qui peut paraître fastidieux dans le cadre d'un usage domestique. Voici trois solutions pour éviter cela.

Lire la suite...

vendredi 12 avril 2013

Petits réglages divers

Je me suis attelé cette semaine à régler quelques petits problèmes résiduels dans mon environnement Openbox sous Archlinux. Cela tient au fait qu'un certain nombre de services, lancé ordinairement par les environnements de bureau complets (Gnome, KDE, XFCE, LXDE...) sont ici à gérer "à la pogne". Voici un petit mémo des solutions trouvées.

1 - Enigmail et pgp-agent

J'utilise Enigmail avec Thunderbird pour signer mon courrier. Cela me demandait de saisir ma passphrase à chaque envoi, et comme celle-ci est assez longue cela pouvait devenir fastidieux en cas de grosse activité épistolaire.

Tout d'abord vérifier que la ligne

use-agent

est activée (décommentée) dans ~/.gnupg/gpg.conf. Ceci indique à GnuPG d' utiliser gpg-agent quand il aura besoin du mot de passe.

Encore faut-il que celui-ci soit actif. Pour cela créez le fichier /etc/profile.d/gpg-agent.sh et rendez-le exécutable

#!/bin/sh
envfile="${HOME}/.gnupg/gpg-agent.env"
if test -f "$envfile" && kill -0 $(grep GPG_AGENT_INFO "$envfile" | cut -d: -f 2) 2>/dev/null; then
eval "$(cat "$envfile")"
else
eval "$(gpg-agent --daemon --write-env-file "$envfile")"
fi
export GPG_AGENT_INFO 

Enfin ajouter la ligne suivante à votre .xinitrc :

eval $(gpg-agent --daemon) &

puis redémarrez votre session et vérifiez que gpg-agent est lancé :

$ ps aux | grep agent

2 - nm-applet et Gnome-keyring

Pour gérer les connexions wifi ou 3g une applet ça peut-être pratique. Surtout cela permet de reconnaître les réseaux déjà utilisés et d'automatiser les connexions, ce qui serait un poil plus rébarbatif en ligne de commande. La dernière application à la mode est Wicd, paraît-il plus performante en matière de WiFi, malheureusement elle ne permet pas la gestion des VPN. J'ai donc choisi NetworkManager et nm-applet, ce qui suppose l'utilisation de Gnome-keyring.

Tout d'abord installer gnome-keyring si ce n'est déjà fait

# pacman -S gnome-keyring

ensuite copier ceci dans votre .xinitrc

# Démarrer une session D-Bus
source /etc/X11/xinit/xinitrc.d/30-dbus
# Démarrer GNOME Keyring
eval $(/usr/bin/gnome-keyring-daemon --start --components=gpg,pkcs11,secrets,ssh)
export SSH_AUTH_SOCK
export GPG_AGENT_INFO
export GNOME_KEYRING_CONTROL
export GNOME_KEYRING_PID

3 - gestion du double écran avec xrandr

Quand j'utilise mon PC portable à la maison je lui connecte un écran 22" sur le port VGA ainsi qu'un clavier et une souris USB pour plus de confort. Voici la commande figurant dans mon .config/openbox/autostart pour le configurer

xrandr --output LVDS1 --auto --output VGA1 --auto --primary --left-of LVDS1 &

J'obtiens ainsi un bureau étendu sur les 2 écrans, l'option --primary indiquant aux applications où ouvrir les fenêtres par défaut. Quand j'utilise mon PC en mode portable (sans le deuxième écran) la partie traitant de VGA1 n'est tout simplement pas exécutée et je reviens à un écran normal.

jeudi 14 mars 2013

Partage d'une imprimante et d'un scanner (Archlinux - sytemd)

SANE (Scanner Access Now Easy), l'interface de gestion de scanner sous Linux, tout comme CUPS (Common Unix Printing System), le système d'impression, permettent le partage des périphériques sur un réseau. Ceci ce fait assez facilement à condition de faire les choses dans l'ordre. Et sous Archlinux, à contrario des distributions dites "grand public", vous devrez le faire vous-même. Voici à titre d'exemple la mise en la mise en œuvre d'une imprimante multifonction HP phostomart 3100.

Lire la suite...

jeudi 7 février 2013

obpwa - pipemenu pour openbox

Openbox, à l'origine simple gestionnaire de fenêtres, supporte de nombreuses fonctionnalités comme des menus dynamiques accessibles d'un simple clic droit sur le bureau. Il suffit ainsi d'y ajouter une barre des tâches comme tint2 et un gestionnaire de fond d'écran comme nitrogen pour en faire un environnement de bureau tout à fait présentable, tout en alliant légèreté et rapidité.

Openbox n'utilise que 3 fichiers de configuration, situés dans ~/.config/openbox : autostart.sh, rc.xml et menu.xml. C'est dans ce dernier que l'on peut insérer ces menus dynamiques, appelés aussi pipemenus car ils fournissent sur la sortie standard un résultat (au format xml) récupéré par OpenBox tout comme la sortie d'un pipe dans une commande shell.

L'intérêt, vous l'aurez compris, est qu'il est très facile de réaliser un petit script (bash, perl, python....) qui créera un menu personnalisé tout en étant dynamique (c.a.d. régénéré en permanence pour tenir compte des modifications de son environnement). De plus il est aisé d'étudier et de modifier un script existant pour l'adapter à son besoin.

C'est donc ce que j'ai fait récemment, en reprenant dirlist.pl, un script en perl de Dave Foster, pour en faire un menu pemettant de naviguer dans son arborescence et jouer avec Audacious (ou ajouter à la liste de lecture en cours), un répertoire ou un fichier audio.

Sans plus tarder la traditionnelle capture d'écran :

obpwa

J'ai mis dans une archive le script et 3 icônes. Pour l'utiliser il vous faut Perl bien entendu, mais aussi le module MIME::Types (extra/perl-mime-types pour les archers). Le script est en GPLv3. Les instructions d'usage et d'installation sont dans les commentaires du script.

Todo :

  • faire un README et un LISEZMOI si ça intéresse quelqu'un
  • Il est possible d'utiliser le module Linux::DesktopFiles pour récupérer les icônes en accord avec le thème utilisateur, mais je ne sais pas si cela en vaut la peine et dans quelle mesure cela alourdirait le script.
  • J'en ferai bien une version gtk ce qui me permettrait d'enrichir ma collection d'applets pour tint2

vendredi 25 janvier 2013

For Musicians Only (*)

Ce billet est une reprise du journal / dépêche que j'ai rédigé sur Linuxfr

De mon point de vue le domaine de la notation musicale représente presque caricaturalement le microcosme linuxien :
  • un logiciel phare (Lilypond) permettant de produire un résultat hors du commun mais au prix d'un apprentissage difficile et d'un environnement pas franchement user friendly.
  • un éditeur WYSIWYG (MuseScore) et un séquenceur (Rosegarden) se positionnant comme alternatives libres aux ténors des logiciels propriétaires (Finale, Sibelius ou Encore pour l'un, Cubase pour l'autre).
  • une flopée de logiciels gravitant autour, plus ou moins bien ficelés et naviguant entre version bêta et abandonware.

Voici un tour d'horizon des solutions que j'ai testé.

Préliminaire : Ma pratique musicale

pour résumer je suis saxophoniste amateur, compositeur et arrangeur pour mon groupe de jazz. Nos thèmes sont entièrement écrits même si, jazz oblige, la plus grande liberté est laissée au musicien pour l'interpréter. Les partitions qui en découlent comprennent, outre les portées de notes, la grille harmonique servant de support aux chorus. Le résultat consiste en un fichier pdf par instrument plus un conducteur (tous les instruments).
Pour faire cela l'idée est d'utiliser un éditeur visuel avec un rendu moyen mais la possibilité de jouer la musique grâce au synthétiseur midi et, une fois la musique entrée, d'exporter au format lilypond pour la mise en forme.
Voici un exemple de ma production.

Liminaire : le midi sous Linux

dans une vie antérieure (quand j'utilisais Windows il y a une quinzaine d'année…) et que j'ouvrais un séquenceur midi, j'avais du son, sans me poser de question. Depuis que je suis libre il n'en va plus de même : il faut préalablement que je m'assure qu'un synthétiseur midi est correctement lancé (en root) et qu'il ne soit pas en conflit avec ces rogntudjû de "serveurs de son" genre Pulseaudio ou Phonon (bon, ça aussi ça fait une baille que je m'en suis libéré, alsa m'est bien suffisant). Après il faut aussi vérifier que l'application est bien connecté. Et au bout de quelques heures ça fini parfois par tomber et faut tout relancer ! Bon, pour être honnête les choses commencent à évoluer : certains logiciels (par ex MuseScore) peuvent s'appuyer sur des synthétiseurs intégrés.
À ce jour j'utilise Fluidsynth ou Timidity

À tout seigneur tout honneur : commençons par Lilypond

Bien loin des clicodromes standards, Lilypond est en fait un un langage descriptif permettant de produire un fichier source qui sera ensuite compilé. Il faut donc apprendre une syntaxe et de nombreuses règles… qui sont susceptibles d'évoluer d'une version à l'autre.
Pour faire court l'intérêt principal que je trouve à Lilypond c'est de pouvoir faire exactement ce que je veux avec une qualité de sortie irréprochable. Pour nous aider une documentation abondante et une communauté active et bien sympathique.
Pour utiliser Lilypond il suffit, à priori, d'un éditeur de texte, d'un terminal et d'une visionneuse poscript/pdf pour voir le résultat. Optionnellement un lecteur midi car Lilypond sait aussi produire du midi. Ah, il faut aussi pouvoir lire l'abondante documentation, du courage et une bonne dose de patience :)
Dans les faits il existe des éditeurs de texte spécialisé Lilypond (Frescobaldi) ou disposant d'un plugin dédié (jedit).

- Frescobaldi

C'est un éditeur de texte dédié à LilyPond, avec coloration syntaxique, visionneuse PDF et lecteur midi intégrés. La fonction "point and click" permet de rapidement retrouver la correspondance entre le pdf et le code, et ce dans les deux sens. Quelques palettes d'outils permettent un accès rapide à des symboles dont on aurait oublié la syntaxe et on peut afficher la documentation Lilypond à partir d'un emplacement local ou d'une URL. Les différents panneaux qui le compose peuvent être ancrés à la fenêtre principale ou détachés, ce qui est bien pratique quand on a un double écran. Il ne fait pas le café, c'est à mes yeux son seul défaut. Vous aurez compris que c'est mon outil préféré.

- LilyPondTool

C'est un plugin pour jedit et qui se positionne sur le même créneau que Frescobaldi. Valentin Villenave, un des grands manitous lilypondesques francophones, ne jurait que par ça. Il est vrai qu'à l'époque Frescobaldi n'existait que pour Linux, ce qui n'est plus le cas. Perso le java je le préfère dans une tasse que sur mon écran.

- Lied

C'est pour être exhaustif, je ne l'ai pas essayé, mais qui semble bien moins complet et pas très actif.

Les éditeurs musicaux compatibles

Il y a quelques intérêts à saisir la musique dans un éditeur musical

  • c'est plus rapide (quoique…) et plus intuitif
  • on entend la note en la saisissant, ce qui évite bien des erreurs
  • on peut plus facilement rejouer tout ou partie du morceau (positionnement exact) Encore faut-il que l'éditeur en question exporte correctement les données au format Lilypond. Ce qui n'est pas toujours gagné.

- Rosegarden

C'est le séquenceur emblématique du libre. Il sait faire des tas de choses (dont je n'ai pas forcément l'usage) comme mélanger du midi et de l'audio, il est compatible avec jack, hydrogen et ardour, dispose d'un éditeur super complet… sauf pour les reprises (||: --- :||). Arf… dans mon cas c'est rédhibitoire. Et la gestion des noms d'accord n'a pas l'air non plus d'être compatible Lilypond. C'est donc sans doute un bon logiciel mais qui ne correspond pas du tout à mon besoin.

- Denemo

Il est présenté comme un frontend pour Lilypond. À priori ça devrait me convenir, si ce n'est qu'il est est encore en bêta, que son interface est loin d'être intuitive et que la documentation est tout juste embryonnaire. J'ai passé des heures carrées à essayer de deviner comment m'en servir, j'abandonne pour l'instant (mais je garde un œil dessus).

- Laborejo

Lui aussi est un frontend pour Lilypond mais en version alpha ! Pour le peu que j'ai pu tester la saisie des notes au clavier n'est pas des plus pratique. On verra plus tard!

- NoteEdit

C'est le premier éditeur que j'ai utilisé sous Linux mais il est à l'abandon depuis 2006. Dépendant de bibliothèques exotiques et / ou périmées je ne peux plus l'installer sur ma distrib ArchLinux. Son seul gros défaut était sa gestion des noms d'accords non compatible avec Lilypond

- Canorus

aurait du être le successeur à NoteEdit, repris par une nouvelle équipe, mais la dernière version stable (0.7) date de 2009 et il manque encore quelques fonctionnalités importantes. Encore un peu d'activité sur le site mais ça commence à ressembler à un abandonware.

- Nted

C'est l'œuvre de l'auteur initial de NoteEdit dont il reprend les principes. L'interface est carrément spartiate (voire bizarroide) mais l'essentiel est là et le défaut sur les noms d'accord est corrigé. Pour entrer les notes à la souris il y a une petite boîte à outils pas trop pratique dont le seul intérêt est de libérer l'écran au bénéfice de la partition. Heureusement il est possible de pratiquement tout rentrer au clavier ce qui toujours la solution la plus rapide.
La documentation est assez complète (pas trop sexy non plus), j'essaierai d'en faire une traduction française si j'en ai le temps un de ces jours.
L'export au format Lilypond est correcte et on peut importer des fichiers musique xml ce qui me permet de récupérer tout mon travail antérieur.

- MuseScore

Là on est franchement quelques crans au dessus (excepté Rosegarden). L'interface est propre, bien léchée et suffisamment intuitive. Il est naturellement possible d'exporter au format Lilypond, mais la composition interne n'est pas ridicule et peut parfaitement convenir à des utilisateurs moins exigeants. Ici aussi on peut importer au format xml. Petit bug sur l'export Lilypond en ce qui concerne les noms d'accords, bug que j'ai rapporté sur la page qui va bien. À suivre…

actuellement j'utilise alternativement Nted et MuseScore

Conclusion

Voilà, ce n'est là qu'une simple présentation des principales solutions que je connais.
Pour compléter votre information je vous convie à visiter l’excellent LinuxMAO.

À l'occasion, et si ça intéresse, je ferai un article plus détaillé sur mon emploi du couple Lilypond / Frescobaldi.

(*) For musicians only est un album de Jazz paru en 1958 réunissant Dizzy Gillespie (trompette) Sonny Stitt (saxophone alto), Stan Getz (saxophone ténor), John Lewis (piano), Herb Ellis (guitare), Ray Brown (contrebasse) et Stan Levey (batterie).

lundi 26 novembre 2012

Thunar 1.5 dans AUR

Nautilus était le dernier programme de Gnome auquel j'étais resté fidèle. Sa gestion des onglets et la possibilité de diviser sa fenêtre en 2 me le faisait préférer à Thunar et à PCManFm qui en étaient dépourvus. Quant à Dolphin et Konqueror, si les fonctionnalités sont au rendez-vous , ils s'intègrent mal dans mon environnement Openbox/gtk.

Oui mais voilà... Gnome poursuivant avec la constance qu'on lui connaît dans la voix de la régression, la si pratique division de fenêtre disparaissait avec la récente version 3.6 . Aussi j'étais impatient de voir arriver Thunar 1.5 (et ses onglets) dans les dépôts d'ArchLinux. Et ceux-ci se faisant prier, je me suis résolus à jeter un coup d'œil à AUR (Arch User Repository), pour y trouver un Thunar-extended en version 1.5.2 avec quelques goodies supplémentaire (gestion de la poubelle, aperçu audio...).

2 petites difficultés vite résolues - installer préalablement exo-devel (lui aussi dans AUR), la compilation réclamant une version ⩾ 0.9 - revalider toutes les actions personnalisées (pas besoin de les modifier, seulement les valider).

Bye-bye Nautilus :-)

edit du 9/12 Thunar est passé en 1.6 dans le dépôt extra

- page 1 de 3