Vintherine : le blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 31 août 2015

La traversée du Bargy

La traversée du Grand Bargy est une longue et belle randonnée au départ du col de la Colombière. Quelques pas d'escalade faciles et peu exposés viennent pimenter la course, ce qui pourrait impressionner un randonneur inexpérimenté : ne pas hésiter dans ce cas à emmener un brin de corde. C'est le cas principalement dans le couloir / cheminée au dessus de la grotte de Montarquis ainsi que dans la descente de la Tour du Bargy juste avant de rejoindre la brèche la séparant du sommet proprement dit.

Après quelques discussions nous avions décidé de laisser la voiture au col. L'alternative aurait été de la laisser au lieu dit "La Boucherie", voire à Saint-Bruno ce qui aurait raccourci singulièrement le retour au prix de 300m de dénivelé supplémentaires à la montée. Naturellement si l'on dispose de deux véhicule on en garera un à chaque extrémité mais le chemin du retour, même s'il paraît bien long en pleine chaleur, n'est pas sans intérêt. Il vous permettra notamment une abondante cueillette d'origan (ou marjolaine sauvage) et de crapaudine (appelée à tort hysope par les autochtones).

Du fait de la longueur de la course et de l'exposition Est de la montée il est important de partir assez tôt, aussi nous avons laissé la voiture vers 8h. La montée à la grotte est vite avalée et le départ du couloir / cheminée se trouve aisément, quelques dizaines de mètres au dessus. Il se divise en deux branches, il faut prendre celle de gauche. En haut une petite traversée à droite permet de rejoindre une courte arête (cairn) puis un sentier plus ou moins marqué permettant de rejoindre le sommet de la Tour du Bargy.

De là on peut observer le bloc sommital du Grand Bargy : le passage semble alors peu évident (petit couloir sur la droite puis traversée ascendante à gauche) mais s'il est un peu impressionnant il ne présente quasiment aucune difficulté.

Le Grand Bargy depuis la Tour du même nom

Lire la suite...

vendredi 21 août 2015

La Pointe des Cerces (ascension et boucle entre Guisane et Clarée)

Magnifique ballade sur deux jours avec bivouac au col des Cerces. Un randonneur rapide (et moins chargé) peut sans doute la faire dans la journée.
  • Départ du Pont de l'Alpe, au dessus du village du Lauzet, par le GR57
  • Alpe du Lauzet
  • Passer au dessus du Grand Lac
  • Col de la Ponsonnière (en option ascension du Grand Galibier en aller et retour)
  • Lac des Cerces
  • Bivouac sous le col des Cerces, versant Rochilles (à proximité d'une source)
  • Pointe des Cerces en aller et retour
  • Col des Rochilles
  • Lac du Grand Ban, Lac Rond et Lac de la Clarée
  • Refuge des Drayères (déjeuner)
  • Lac puis col des Béraudes
  • Alpe du Lauzet et retour au Pont de l'Alpe.
Le sentier est agréable, rarement difficile, bien marqué et balisé (sauf dans la partie terminale de l'ascension où il reste évident). À cette époque de l'année (fin août) le névé n'est plus qu'à l'état de vestige et le sentier le contourne, mais plus tôt une paire de crampons peut être utile. Au sommet un panorama à 360° permet de contempler une grande partie des Alpes françaises : Ècrins (Agneaux, Barre des Écrins, Grande Casse, Meije), Grand Galibier, Aiguilles d'Arves, Chaîne de Belledonne, Chaîne de la Lauzière, Vanoise (Aiguilles de Peclet et de Polset, Dômes de la Vanoise, Grande Casse...), Mont-Blanc, Mont Thabor, Queyras, Mont Viso et même le Mercantour dans le lointain.

Les photos sont disponible sur notre album
L'Oisan depuis la Pointe des Cerces

La trace gpx est disponible sur visugpx

dimanche 19 juillet 2015

Home Made

Avant qu'Alexandre ne s'envole vers des contrées lointaines nous avons profité de ses compétences pour faire un petit enregistrement en duo : Christian au piano, et moi au saxo. 7 morceaux issus de notre répertoire, voici le résultat :

Toutes nos compostions sont placées sous licence Creative Commons 3.0 CC : By-SA

Les morceaux peuvent être téléchargés ici au format flac (compression sans perte)
First : composition de Christian Michel
Le fil dérisoire : composition de Vincent Gay
El pueblo unido jamás será vencido : reprise des Quilapayún
Oh Let Me Weep : arrangement de Vincent Gay sur une œuvre de Henry Purcell
Scandola : composition de Christian Michel
Danse au dessus de l'abîme : composition de Vincent Gay
Une blessure sacrée : composition de Vincent Gay inspiré par un poème d'Aimé Césaire

dimanche 12 juillet 2015

Imprimer ses cartes IGN

Comme nous l'évoquons quelques fois ici, nous sommes amateurs de courses en montagnes de tout genres. Et en tous lieux, ce qui suppose un fond de cartes important. Certes il est possible d'en emprunter à la bibliothèque de notre section du CAF mais comme nous disposons d'une imprimante laser couleur nous nous contentons parfois de capturer la zone qui va bien sur Internet pour l'imprimer en A4.

Tout d'abord pour une course en montagne il est exclu d'utiliser autre chose qu'une carte IGN (pour la France) ou SwissTopo (pour la Suisse). Si vous aviez la moindre tentation d'utiliser autre chose nous vous invitons à lire l'avertissement situé sur le site (par ailleurs excellent) de FranceTopo.fr. Les sites qui reproduisent des itinéraires sur googlemap et autres simulacres de cartes topographiques devraient être mis en examen pour mise en danger de la vie d'autrui.

Mais revenons donc à nos impressions : il y a tout d'abord un site qui fait tout ça très bien, ou presque : JGN (notez le J à la plage du I). On sélectionne une échelle, un format, on centre la carte et roule ma poule. Le seul défaut est qu'il n'intègre pas le carroyage UTM et que son développeur a, selon ses propres dires, d'autres chats à fouetter. On n'en a pas forcement besoin mais c'est bien pratique si l'on dispose d'un GPS. Et comme on est là pour s'amuser  apprendre on va utiliser une autre solution.

À ma connaissance le seul site qui permette de rajouter une couche carroyage UTM est openrunner. Il faut créer un compte mais comme les adresses  type yopmail ou jetable.org sont acceptées ça ne pose pas trop de problème. Détail important : il faut l'ouvrir avec Firefox, nous verrons pourquoi plus loin.

Une fois connecté sur le site cliquez sur le bouton "Planifier un parcours". La seule chose qui nous intéresse pour le moment est la carte. Positionnez-vous où bon vous semble, choisissez "Topo IGN France" dans le menu des cartes (en haut à droite), amenez à l'échelle qui va bien (indicateur 200m en bas à droite) et activez le carroyage UTM 1km (barre d'outil de gauche.

Lire la suite...

vendredi 29 mai 2015

Les jours heureux.

Dimanche 24 mai : rassemblement au plateau des Glières des citoyens résistant d'hier et d’aujourd’hui. Mercredi 27 mai : journée nationale de la résistance et prise de parole, à l'initiative du Parti Communiste, devant le bâtiment de l'Intendance à Annecy où, le 23 mars 1944, furent arrêtés  vingt-cinq jeunes résistant du FTP et des jeunesses communistes, âgés de 15 à 20 ans, qui furent ensuite déporté à Dachau et dont sept seulement reviendront. Parmi eux Walter Bassan, infatigable président des CRHA et de la Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes, que nous eûmes le bonheur d'entendre à ces deux occasions.

Et comme un bonheur ne vient jamais seul il accepta sans façon notre invitation à dîner, emmenant avec lui son ami et réalisateur Gilles Perret, auteur du film qui lui fut consacré en 2009 : Walter, retour en résistance.

Les jours heureux est le nom du programme adopté par le Conseil national de la Résistance français le 15 mars 1944. C'est aussi un film de Gilles Perret. Ce furent pour nous ces deux journées où nous avons eu l'occasion de côtoyer ce grand monsieur d'une gentillesse et d'une simplicité extraordinaire,

photo : Walter en compagnie de Gilles Ravache devant l'Intendance où il fut arrêté en 1944

lundi 11 mai 2015

Jonquilles et panorama

Que faire quand il n'y a plus assez de neige pour skier mais encore trop pour les randonnées pédestre ? Aller aux jonquilles bien sûr. Enfin, ce que nous appelons jonquilles en Savoie mais qui est en fait le narcisse jaune. C'est une fleur qui prolifère dans le Jura, certains coins comme le plateau du Retord en étant littéralement tapissés. 

On en trouve aussi au Grand Crêt d'Eau, le sommet le plus méridional de la haute chaîne du Jura qui domine Bellegarde et culmine à 1620m. Surtout il offre un panorama exceptionnel sur les Alpes françaises du nord, depuis le lac Léman jusqu'au Vercors en passant par le Chablais, le Haut-Faucigny, le Mont-Blanc, les Aravis, les Bornes, le Beaufortain, la Vanoise, les aiguilles d'Arves, les aiguilles Rousses, les 7 Laux, Belledonne, la Chartreuse et les premiers sommets du massif de l'Oisan. Outre le lac Léman on voit également le lac d'Annecy et l'extrémité nord du Bourget, ainsi que le Rhône entre Genève et Belley.

L'accès se fait par la route forestière qui démarre juste avant la station de ski de Menthières, sur la départementale 16. En été on peut continuer tout droit jusqu'au "parking de la charmante" mais la route est interdite jusqu'au 31 mai à partir du point coté 1192, 2,5km en aval. Il est possible à cet endroit de tourner à gauche et de monter au parking de la Chanaz (1km), ce que nous fîmes. De la nous avons emprunté le GR du tour de la Valserine (très peu marqué, sens de l'orientation nécessaire) qui nous emmena au sommet puis au parking de la charmante, au dessus duquel nous avons trouvé les jonquilles. Notre idée était de retourner à la voiture par le chalet de Varambon, malheureusement pour nous le sentier était lui aussi interdit jusqu'au 30 juin, la zone étant déclarée espace de quiétude pour la faune sauvage. Nous avons donc bouclé le circuit par la route.

Malgré ce dernier petit désagrément voilà un itinéraire que l'on recommande chaudement pour une promenade familiale. Pour les jonquilles dépêchez-vous, c'est bientôt la fin !

L'album photo - La trace sur visugpx

Narcisses jaunes (fausses jonquilles)

Notre itinéraire

samedi 9 mai 2015

Vers la fin du RTFM ?

Les lecteurs de linuxfr l'auront noté au détours d'un commentaire de Xinfe : eg est, pour les cas les plus simples, une alternative séduisante à man. Si comme moi vous ne connaissez rien de plus ennuyeux que de devoir consulter des pages entières de manuel regorgeant d'options que vous n'utiliserez jamais alors qu'un simple exemple suffirait à votre bonheur alors eg est fait pour vous. 

Pour l'installer pas de souci sous Archlinux, le paquet est dans AUR, mais je n'en ai pas trouvé pour Ubuntu et dérivés

Les fichiers exemples sont stockés au format Markdown dans deux répertoires : celui par défaut, fourni par le paquet (/usr/lib/python3.4/site-packages/eg/examples/ sur mon ordi) et un éventuel répertoire personnalisé. Pour indiquer l'emplacement de ce dernier (et modifier éventuellement le chemin de celui par défaut) il faut créer un fichier ~/.egrc sous la forme suivante :

[eg-config]
examples-dir = /un_autre/répertoire/
custom-dir = ~/mon/répertoire/personnalisé

Pour créer un nouveau fichier d'exemple le plus simple est évidement de s'inspirer d'un fichier fourni avec le programme. Son nom sera composé du nom de la commande suivi de l’extension .md

On obtient la liste des fichiers exemples disponibles par l'option --list : eg --list

Ce qui donne initialement ifconfig whereis ls less cut which more ps whatis rm locate chmod find touch grep sudo xargs cat ln mv cd mkdir tr scp pwd kill od hexdump du cp chown sort curl awk su top tar wc gcc

Ironie de l'histoire il n'existe ni page man ni page eg consacrées à eg. Mais la documentation sur le site est assez claire (mais en anglais).

Pour ma part je me promets de contribuer prochainement en rédigeant une page sur la gestion des meta-données des photos avec exiv2. Y'a du boulot....

mercredi 15 avril 2015

Bis repetita placent

Le massif de Belledonne est peu parcouru par les annéciens, qui ne sortent de leurs Aravis que pour grandes courses du Mont-Blanc et de la Vanoise. Et pourtant voilà encore un paradis du ski à tout juste 1H30 de voiture, dont je garde d’excellent souvenirs depuis l'époque mes études à Grenoble (il y a 40 ans ). J'ai donc fait la proposition de la Croix de Belledonne à un groupe d'amis, et nous voilà parti ce beau mardi d'avril, ni trop tôt (faut que la neige décaille) ni top tard (faut pas que ce soit de la soupe). Certes il faudra porter jusqu'au sortir de la forêt, mais comme la route est ouverte jusqu'au prés Raymond cela devrait être supportable.

Au niveau de l'itinéraire le seul piège est au niveau du col du Pra : il faut éviter de redescendre vers le refuge et s'enfiler dans un vallon plutôt étroit sur la gauche, en direction de lacs du Doménon. Et là, flemme de sortir la carte du fond du sac, jolie trace devant nous... Hé, ça me rappelle quelque-chose !

Bref à la place de la Croix de Belledonne nous voilà parti vers la Grande Lauzière. Et tout comme la semaine dernière nous n'avons rien perdu au change. Au lieux d'une longue bavante nous nous somme trouvé au pied d'une magnifique combe, à la pente raisonnablement soutenue(*), et comme nous ne nous étions pas tromper sur l'horaire (on ne peu pas se tromper tout le temps) nous eûmes droit à une neige parfaite, tant à la montée qu'à la descente. Bref, une randonnée 5 étoiles.

La vue au sommet est magnifique sur l'Oisans (la Meije, le Râteau, les glaciers du Mont de Lans, les Aiguilles Rousses....), sur le Vercors et la Chartreuse, et bien évidemment sur le Seigneur de ces lieux : le Grand Pic de Belledonne.

(*) S3, 25° de pente moyenne, un court passage en S4 à 39° vers le haut.

L'album photo - La trace sur visugpx

La descente en face du Grand Colon

Notre itinéraire

samedi 11 avril 2015

Le Mont Bréquin

Nous avions déjà fait le Mont Bréquin en mai 2012, mais par la face Nord depuis Les Menuires. Un joli couloir sous le sommet, 500m de pente soutenue, toutefois le reste n'était que long faut plat relativement ennuyeux. Mais nous partions de 1850m d'altitude, quasiment ski aux pieds.

C'est tout à fait par hasard que nous avons refait ce sommet lundi dernier, par la face Ouest cette fois. Nous nous étions intéressé à une vielle maison à retaper à proximité du village de Beaune, au dessus de Saint-Michel-de-Maurienne. Pour ne pas faire le voyage à vide nous avions décidé de faire une petite randonnée au dessus, à Roche Jaille, qui nous paraissaient bien suffisante après 3 semaines d'inactivité. Nous imprimons à la hâte un itinéraire sur Camp to Camp qui nous stipule qu'au niveau du hameau des Chalets de Beaune il faut tourner franchement au Nord. Ce que nous ne fîmes point, trop heureux de suivre une belle trace faite par nos prédécesseurs dans 10cm de neige fraîche. Et flemme aussi de sortir la carte du fond du sac. Certes nous avons donc fait 1500m au lieu des 1000 prévus, mais c'était la bonne pioche !

Pour la faire courte 1000m de poudreuse digne d'un mois de février, dans une pente moyennement soutenue, par un temps splendide et dans un cadre magnifique en face des Aiguilles d'Arves, du massif de l'Oisans et des Cerces.

La trace sur VisuGPX - L'album photo.

Notre itinéraire

Le panorama sommital

vendredi 16 janvier 2015

Y'a plus de saisons ma pauv' dame

Pas de froid, pas de neige, le printemps a 3 mois d'avance. À Annecy-le-vieux, à 500m d'altitude, les primevères et les jonquilles sont déjà fleuries. Quand je pense qu'il y a 40 ans que je me moquais des anciens qui prétendaient que l'on détraquait le climat avec nos avions à réaction... Ceci est sans doute la preuve qu'ils avaient raison, ou alors que je suis devenu définitivement un vieux con (ou les deux).
 
Primevères le 6 janvier
Jonquilles le 16 janvier

edit : J'ai à peine publié ce message qu'il se met à neiger. Pffff juste pour me faire mentir !

jeudi 15 janvier 2015

ZTE open C, itinéraires croisés

Fin décembre ma fille Lauriane et moi-même avons profité des derniers jours de la promotion (20€ remboursés par ZTE) pour nous offrir un open C sous FirefoxOS. Les besoins et motivations étaient très différents ⇒ itinéraires croisés.

Ma fille, les logiciels libres, ce n'est pas qu'elle en a rien à faire mais ce qui prime c'est ses besoins (et ses habitudes). Et comme mettre les mains dans le cambouis n'est pas franchement sa tasse de thé vaut mieux que ça fonctionne out of the box. Son ordinateur est sous Linux Mint KDE, mais c'est parce que c'est son père qui l'installe et le maintient. Du moment que ça marche.... Pourquoi alors un ZTE ? Le prix ! un smartphone à 60€ ça ne court pas les rues. Il y a bien quelques inquiétudes (c'est nouveau, on n'en dit pas que du bien) mais papa a dit que c'était bien alors...

Moi un smartphone j'en avais pas réellement besoin. D'un téléphone oui, mon vieux Samsung commençait à fatiguer, mais pas d'un truc qui va sur Internet et qui fait le café. Par contre Mozilla est une fondation que j'ai toujours défendue, même si récemment il y a eu un hiatus avec cette histoire de DRM. Alors tant qu'à acheter un nouveau téléphone, autant qu'il soit sous FirefoxOS. Et puis de recevoir ces mails n'importe où, ça pourrait être utile.

Quand ma fille a reçu son téléphone... ben elle a voulu s'en servir : téléphoner (oui, cette partie-là fonctionne) accéder à son compte gmail et surtout, après 4 ans passés en Afrique, communiquer enfin avec ses copains qui sont tous sous Whatsapp... Allô papa ? ça marche pas ! Pour être honnête elle a fait des recherches Google avant de m'appeler.

Quand j'ai reçu mon téléphone j'ai bien passé un coup de fil ou deux, mais je me suis vite rué sur la doc pour savoir comment passer sur une version plus récente. J'essaie de rooter depuis un Windows monté à l'arrache sous VirtualBox mais il faut me rendre à l'évidence, ça ne fonctionne pas, il me faut un vrai Windows. Il me revient alors que ma mère à un vieux PC sous XP avec une seule application dedans, un logiciel de Scrabble ultra propriétaire qui nécessite en plus un dongle USB. Bon, ça devrait faire l'affaire. 2 jours plus tard je suis en 2.1, je ne sais toujours pas à quoi ça sert mais je suis en 2.1

Whatsapp c'est une application propriétaire et ça n'existe évidemment pas sous FirefoxOS. Mais il y a au moins 3 applications dans le Marketplace qui peuvent s'y connecter : ConnectA2, Loqui IM et OpenWapp. Oui mais voilà, c'est du Rétroingénierie et il semble que whatsapp ait changé récemment ses règles de fonctionnement. Donc ça ne marche plus. À moins que ce ne soit un problème avec Free. Bref voilà ma Lauriane toute déçue et  prête à revendre son Open C à sa sœur et à acheter un Android. Bon, je suppose que les mecs qui bossent là-dessus ne sont pas des branquignoles et que le problème sera résolu dans les semaines qui viennent, mais c'est bien vrai qu'en matière de communication avec les logiciels privateurs on n'est jamais à l'abri d'un coup de Trafalgar !

Pour ma part Whatsapp je m'en soucie comme de colle à tampon ! Ce n'est finalement qu'un ersatz de mail, privatisé, centralisé et espionné à des fins commerciales. Je me force bien un peu pour aller sur Diaspora* et même twitter, mais je n'accroche pas vraiment à ces réseaux soi-disant sociaux. Par contre je fulmine contre le choix plus que limité des moteurs de recherche : Google, Yahoo ou Bing. La peste ou le choléra ! Je trouve bien une appli DuckDuckGo dans le marketplace mais c'est moins pratique que de taper la requête directement dans la zone de recherche si judicieusement placée en haut de l'écran.

Lauriane a l'habitude de consulter ses mails sur le web, sur le site de gmail. J'ai beau lui expliquer que Google est devenu le Diable en personne je sens bien que l'idée de changer d'adresse ne l'emballe pas du tout. Il y a bien une possibilité de transférer le courrier depuis gmail vers une autre adresse mais ça ressemble franchement à un emplâtre sur une jambe de bois. Anyway le problème n'est pas là : quand Lauriane ouvre gmail sur le navigateur de son ordiphone, un courrier sur deux ressort en erreur. Bizarre, moi je n'ai pas de problème (mais j'ai degooglelisé depuis belle Lurette). Je me promets de faire part du problème sur le forum de Geckozone mais la nuit porte conseil (bon sang mais c'est bien sûr) : naturellement j'utilise le courrielleur fourni avec l'OS et qui, de ce point de vue fonctionne à peu près correctement. Je lui montre donc comment procéder. Par contre reste à gérer les contacts. Lauriane de gère pas de contacts. Elle tape les premières lettres de son correspondant et gmail se charge de lui proposer une liste qui va bien. Assez pratique, il faut bien l'avouer. Tout au moins quand on n'a pas à gérer de listes et qu'on ne s'en sert pas en même temps comme répertoire téléphonique. La procédure  pour créer des vrais contacts à partir des adresses collectés est toutefois assez simple, après il suffit juste de changer d'habitude et choisir ses correspondants en faisant défiler sa liste de contacts (appel malaisé de la fonction sur l'écran de saisie).

Ma problématique est évidemment très différente. Je n'ai pas de soucis avec la lecture des mails proprement dite, mais la gestion des contacts ne me satisfait pas non plus : impossibilité de gérer des catégories ou de créer plusieurs carnets d'adresses, pas de listes et pas de synchronisation avec mes contacts owncloud (carddav). En même temps je dois bien considérer qu'il ne s'agit que d'un courrielleur de dépannage car je me vois mal utiliser régulièrement ce p&@*#! de clavier virtuel et cet écran riquiqui pour taper quoi que ce soit de sérieux.

Ici se limite l'usage que ma fille a de son ordiphone. L'appareil photo c'est clairement du dépannage et elle n'envisage pas d'autres applications, tout au moins pour l'instant. Le bilan est somme toute assez maigre et si quelqu'un, dans cette noble assemblée, a une solution valide quant à la connexion à Whatsapp je lui saurais gré de me l'indiquer.

Pour ma part j'ai installé des tas de trucs en plus, plus ou moins utiles, tel le navigateur de fichiers, RingTone Picker, Loqui IM (pour xmpp), Diaspora*, Archwiki, Wikipedia, Pdf Viewer, Dictaphone, PCsync (dont je me suis servi immédiatement pour transférer mes contacts, à défaut de synchronisation avec owncloud), Foxy Weather, Checlist, aisi que 3 jeux (Sudoku, Mahjong et Solitaire)... Et j'ai bien entendu connecté mon agenda à mon owncloud via caldav et testé les lecteurs audio et vidéo (plutôt pas mals). Il y a aussi Here Maps qui peut dépanner, mais comme il n'y a pas de puce GPS dans l'Open C c'est là aussi d'un usage très limité. Donc finalement, vu de ma fenêtre, le bilan est assez bon, même s'il y a encore quelques soucis à régler. D'un autre côté c'est mon premier ordiphone, donc je n'ai pas de points de comparaison.

mercredi 14 janvier 2015

Elections in a Hybrid Regime: Revisiting the 2011 Ugandan Polls

C'est avec une certaine fierté paternelle que je me permet de promouvoir un ouvrage paru chez Fountain Publishers (mais semble-t-il non encore disponible sur leur site) et dont le chapitre 8, intitulé A “Hot Cake”: The Land Issue in the Buganda Kingdom during Uganda’s 2011 Elections est signé par ma fille Lauriane.

Le communiqué de presse, en anglais et au format propriétaire Microsoft Word (docx), est disponible ici

Pour les anglophobes voici la traduction des premières lignes :

Comment la bataille politique a-t-elle été encadrée(cadenassée ?) pendant la campagne électorale de 2011 ? L'utilisation des instruments de contrôle, le rôle de l'argent et les pratiques de parrainage (clientélisme) ont-ils limité la capacité de l'opposition à s'organiser et à s'exprimer ?  La restriction relative des libertés civiles et politiques a-t-elle affecté l'organisation du vote et les résultats électoraux ? Autrement dit, les résultats ont-ils représenté la volonté populaire ?

Voici quelques-unes des questions critiques abordées dans ce volume édité par Fountain Publishers. Il doit son existence à un projet universitaire commun entre l'Institut français pour la Recherche en Afrique (IFRA) et l'Université Makerere, le Département de Science Politique et l'Administration Publique, soutenue par the Democratic Governance Facility (DGF). Il cherche à apporter une meilleure compréhension des élections de 2011 en Ouganda au profit des chercheurs et des étudiants, des organisations, des leaders d'opinion et des lecteurs, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur d'Ouganda, et à servir de point de référence dans l'évaluation de la démocratie électorale en évolution en Ouganda. Le livre adopte une approche pluridisciplinaire et une analyse multi-facettes des élections : des géographes, des démographes, des spécialistes des Sciences Politiques et des anthropologues ont participé à ce projet collectif, s'appuyant sur des études de terrain, et abordant des aspects souvent sous-estimés du processus électoral.

samedi 3 janvier 2015

Un 31 décembre de galère... ou pas !

Prologue :

Ma fille Lauriane, revenant d'un long séjour africain, souhaitait passer le réveillon du nouvel an en montagne. Ce que fille veut....Nous nous sommes donc mis en piste dès la fin novembre d'un refuge ouvert à cette période, proposant un tarif pas trop onéreux et dans une région propice au ski de randonnée. Le choix était certes assez limité mais la proposition du Refuge Laval, dans la somptueuse vallée de la Clarée, paraissait correspondre assez bien à notre projet aussi nous avons envoyé quelques arrhes pour réserver notre séjour.

Dans le même temps nous avons programmé une randonnée sur trois jour, incluant la traversée entre les vallées de la Guisane et de la Clarée par le col du Chardonnet, le Rocher de la tempête en aller et retour de puis le refuge, et un retour au Pont de l'Alpe via les cols des Rochilles, des Cerces et celui de la Ponsonnière. Pourvu qu'il y ait de la neige...

31 décembre :

De la neige il en est bien tombé, oui mais... très vite soufflée par un vent tempétueux. Résultat : des zones presque à nues où les cailloux affleurent, d'autres avec des accumulations propices aux plaques à vent. Sur Camp to camp et sur Ski tour les contributions faisaient état de conditions globalement difficiles et peu agréables. Nous nous sommes bien posés quelques questions, mais d'un autre coté la météo était au beau fixe, et puis nous avions versé des arrhes... Nous quand même pris nos vieux skis (justement appelés "ski-cailloux") pour limiter la casse.

Départ d'Annecy à 6h, petit arrêt au Bourg-d'Oisans pour acheter du pain, puis au milieu de la ligne droite menant aux gorges de l'Infernet nous avons entendu un petit bruit peu sympathique évoquant un pneu crevé. Un arrêt au bord de la route pour constater les dégats : en fait de pneu crevé il s'agissait de l’étrier de frein à main de la roue arrière gauche qui était resté bloqué. On pouvait voir le disque chauffé à rouge à travers l'enjoliveur. Pas possible de continuer comme ça, nous avons du retourner au Bourg-d'Oisans en espérant trouver un garagiste qui veuille bien nous prendre rapidement. Bonne pioche ! Un garagiste nous a dépanné immédiatement, débloqué l'étrier et ne nous fait même pas payer pour si peu (mais en recommandant de le changer une fois rentré). Ça vaut bien une modeste publicité : il s'agit du garage Bosh-service, avenue de la gare. Merci encore.

Nous sommes arrivés au pont de l'Alpe vers 10h15. Nous nous étions fixé une deadline vers 11h, c'était donc largement bon. Sauf qu'au moment de chausser je me suis apreçu qu'une des fixations que j'avais fait monter par un "professionnel" dans un magasin spécialisé n'était pas réglée à mes chaussures. Le temps de comprendre ce qui clochait, de m’apercevoir qu'il me fallait une clef de 10 quand je n'avais qu'un tournevis multi-lames, de trouver un clef à molette auprès d'un randonneur et de procéder au réglage, il était 11h. Mais nous étions partis !

Pas pour longtemps... Au bout d'une demi-heure ma fille me signalait qu'une rondelle d'un de ses bâton était cassée. Je lui passais l'un des miens mais la progression avec un seul bâton utile est devenu vite fatigante et j'imaginais mal passer 3 jours comme cela. Nouveau coup du sort mais nouvelle solution miracle ! Un randonneur que nous avions connu dans un camp d'été dans la région passait par là et comme il était en raquette pour une courte randonnée il nous a proposé de nous prêter un de ses bâtons.

Plus d'autres soucis jusqu'au sommet, si ce n'est les petites crampes et tendinites propres aux débuts de saisons. La météo était au beau fixe, comme annoncée, et nous avons profité du panorama qui s'offrait à nous.


Agneaux, Barre des Écrins, Grande Ruine, Meije, Galibier, Aiguilles d'Arves...

C'était somptueux. Par contre je me suis rendu compte avec horreur en enlevant mes peaux de phoque que la moitié de la colle était restée accrochée à la semelle des skis. C'était évidement le "professionnel" évoqué plus haut qui me les avait ré-encollées. Fixations réglées à l'arrache plus skis pleins de colle, la descente s'annonçait difficile.

Et elle le fut, et plus encore, du fait d'un neige croûtée qui rendait souvent les virages hasardeux et sous laquelle les spatules s'enfonçait irrémédiablement, provoquant des chutes répétées et épuisantes. Et je n'évoque même pas les craintes liées à des conditions bien plus avalancheuses que prévues. Nous sommes arrivés en bas de la combe vers 17h30, à la tombée de la nuit, et il nous restait encore une heure de remontée avant d'arriver au refuge.

Je n'ai pas besoin d'expliquer dans quel état de fatigue nous étions pendant le réveillons. Le repas était excellent, l'ambiance sympathique, et l’accueil des gardiens, Andrée et Henri, particulièrement chaleureuse. Mais nous piquions du nez dans notre assiette et avons eu bien du mal à attendre les douze coups de minuit pour aller nous coucher.

Épilogue :

Que de misères mais que de récompenses ! Quelques jours après la course les misères sont oubliées, mais la beauté des paysages de l'Oisans, des Cerces et de cette magnifique vallée de la Clarée resteront encore quelques temps dans nos têtes.

samedi 27 décembre 2014

Meilleurs vœux

Notre petite fille Aska et son beau regard étonné vous souhaitent une très belle année 2015

jeudi 25 décembre 2014

J'ai essayé Firefox Hello

Une des bonnes nouvelles de l'actualité récente est bien l'arrivée de Hello de Firefox : enfin une alternative libre et crédible à Skype. Pas seulement d'un point de vue technique, puisque semble-t-il Linphone est déjà parfaitement fonctionnel, mais aussi et surtout parce que pour qu'un logiciel de communication fonctionne il faut surtout... des correspondants. Et l'argument mille fois entendu quand on parle d'utiliser une solution libre est que "puisque mes amis sont sur [ msn | skype | facebook ] c'est là que je suis".

Dans le cas présent pour les utilisateurs de Firefox il n'y a rien à installer, même pas de greffon ni d'extension, il suffit d'avoir la dernière version à ce jour, la 34. Enfin presque car la fonctionnalité est pour l'instant masquée à 90% des utilisateurs afin de ne pas surcharger le service pendant la phase béta, mais nous verrons ci-dessous comment la faire apparaître le cas échéant.

Mise en œuvre

La première chose à faire est de rechercher l'icône de Hello. Pour cela cliquez sur l'icône de menu de Firefox puis, en bas de celui-ci, sur "Personnaliser" (Capture 1).

S'ouvre alors un nouvel onglet avec à droite les options du menu et à gauche un ensemble d'outils et fonctionnalités supplémentaires disponibles (Capture 2). Si vous n'y voyez pas l'icône de Hello fermez l'onglet de personnalisation, tapez about:config dans la zone d'adresses, acceptez l'invitation à faire attention à ce que vous faites, recherchez la chaîne "loop.throttled", passez sa valeur de true à false par un double clic et recommencez l'opération. Vous pouvez alors tirer-déposer l'icône soit dans votre menu soir dans votre barre d'outils.

un clic sur celle-ci vous invite soit à commencer directement une conversation avec un correspondant en lui communiquant un lien (par mail, chat, téléphone...) soit à vous inscrire / connecter au serveur de Firefox (Capture 3). Notons que si cette dernière option est facultative elle simplifie grandement la gestion des contacts via un carnet d'adresses et évite ainsi l'échange de lien si votre correspondant est lui aussi enregistré et connecté.

Menu-Firefox.png Personnaliser-Firefox.png Connexion-Hello.png capture_hello.jpg
Capture 1
Capture 2
Capture 3
Avec mon fils

Et ensuite ?

Et bien si vous disposez d'une webcam et d'un microphone en état de marche tout fonctionne "out of the box". L'image est fluide, même en plein écran, et le son est clair. Tout au moins en a-t-il été ainsi lors de mon premier essai avec ma fille Alison. Notons encore que selon Mozilla (voir cette page en anglais) Hello peut contacter n'importe quel navigateur compatible WebRTC, tels que Firefox, Chrome ou Opera. Vraiment, vous n'avez plus guère de raisons d'utiliser un logiciel privateur tel que Skype.

Plus d'info, notamment sur les fonctionnalités à venir, sur le blog de Mozilla (en anglais)

lundi 1 décembre 2014

LockKeys 0.2

J'ai évoqué récemment mon besoin d'avoir une applet indicateur d'état du clavier (capslock et numlock) indépendante de l'environnement de bureau. Ne trouvant rien qui me satisfasse j'ai alors bidouillé un script en bash, mais avec dans un coin de ma tête l'idée que l'occasion était bien belle de me mettre enfin à Python. D'autant plus que j'utilise Battery Monitor (aka batterymon-clone) écrit en python2 et dont je me suis bien entendu largement inspiré.

Fonctionnement : une simple icône dans le systray avec un menu accessible par un clic droit

En option il est possible de jouer un son et/ou d'afficher une notification. Le jeux d'icônes et le fichier son doivent être installés pour l'instant dans /usr/local/share/lockkeys. Ils sont réunis dans cette archive.

Lire la suite...

Roche Parnal

Que faire un dimanche d'automne tout gris quand la neige encombre les sommets mais ne permet pas encore de sortir les skis ? Retournant la carte dans tous les sens nous avons fini par jeter notre dévolu sur la Roche Parnal, petit sommet du massif des Bornes dominant la basse vallée de l'Arve. Ce que ne montre pas la carte c'est un sentier qui permet de relier les cols du Câble et du Freu en passant par le sommet et de réaliser ainsi une traversée bien sympathique.

Le départ se fait au parking du Chesnet, au sommet du petit village de Orange (commune de La-Roche-sur-Foron). Le faible dénivelé - à peine plus de 700m - permet un départ tardif et il est plus facile de monter par le col du Câble, qui présente la seule difficulté du parcours (passage équipé comme le nom du col le suggère). 

Les photos du jour, c'est ici.

20141130_141708_Roche-Parnal_DSCF7821.JPG Itineraire_Roche-Parnal.jpg
Au sommet de Roche Parnal Notre itinéraire

mercredi 19 novembre 2014

Copie spéciale

Cela fait quelques temps que je pensais à un petit script pour me simplifier la vie dans certaines circonstances :

  • quand le clavier est verrouillé en majuscule et que je ne m'en rends compte qu'au bout d'une minute (et oui, je ne sais pas taper sans regarder mes doigts) !
  • quand je dois copier coller une zone numérique dont le séparateur décimal est un point au lieu d'une virgule (ou inversement)
  • quand je veux traduire à la volée un texte d'un document quelconque ailleurs que sur le web (page de man par exemple)

Je n'imaginais pas à quel point cela pouvait être facile... à une toute petite difficulté près.

Lire la suite...

Bidouillage : des leds pour capslock et numlock en bash

Les leds capslock et numlock sur ma machine sont ridiculement petits et mal placés. Dans la plupart des environnement de bureau (KDE, Gnome, XFCE, Cinnmon, Mate, Unity...) il y a des applets pour les remplacer, mais comme je n'utilise en lieu et place que d'un simple gestionnaire de fenêtre (OpenBox), je me suis trouvé assez dépourvu. J'ai cherché sur le web une application qui se loge dans le systray, mais sans succès.

D'où l'idée d'en faire une à ma sauce, mais comme je renvoie toujours au surlendemain l'apprentissage de Python  j'ai encore eu recours à un infâme bidouillage en bash. Enfin, ça fonctionne, et même plutôt bien, alors...

Les dépendances :
  • xterm pour exécuter le script dans une fenêtre facile à gérer
  • alltray pour envoyer la fenêtre dans le systray
  • xset pour connaître l'état du clavier (capslock et numlock)
  • xseticon (AUR) pour changer son icône à chaque changement d'état.
  • aplay, installé par alsa donc en principe présent

Lire la suite...

dimanche 16 novembre 2014

yaourt paginé et en couleur

extrait du wiki de archlinux.fr :

Yaourt est un programme en ligne de commande qui interface les fonctions de pacman et makepkg pour la gestion des paquets sous Arch Linux.

Cet outil bien connu des archers est particulièrement utile dans son mode interactif combinant recherche et installation (qui est du reste le mode par défaut). Pour les débianeux essayez d'imaginer un apt-cache search en couleur vous permettant de sélectionner dans le résultat le ou les paquet(s) à installer (peut-être cela existe-t-il).

Toutefois la recherche s'effectuant tant sur le nom du paquet que sur sa description, et intégrant d'office tous les paquets du dépôt des utilisateurs AUR, le nombre de lignes résultant peut vite devenir important. Et même gênant car le plus souvent ce qui nous intéresse est au sommet de la liste, provenant des dépôts officiels (core, extra, community, multilib) quand les dernières lignes que nous voyons, au moment de saisir le numéro des paquets à installer, ne contiennent que des paquets AUR. Dans un émulateur de terminal en mode graphique c'est le recours assuré à l'ascenseur ou à la molette !

Une solution est la pagination en utilisant une commande comme more, less ou most. Il existe pour cela l'option --pager. Extrait de la page man :

--pager
           Use $PAGER to show search results.

Il faut donc préalablement définir $PAGER :

export PAGER=less

ainsi la commande yaourt --pager monpaquet vous permettra de naviguer dans la liste avec les touches de paginations. Il suffira d'appuyer sur la touche q pour sortir de less et de se voir demander de saisir sa sélection.

Parfait.... mais il y a encore un petit quelque-chose à régler : la sortie n'est plus en couleur, l'option --pager désactivant cette caractéristique. Elle peut se rétablir avec l'option --color mais il faut alors demander à less d'autoriser les caractères spéciaux, ce qui se fait par l'option -r ⇒ export PAGER="less -r"

Et comme la commande finale (yaourt --color --pager) est un peu longue je me suis fait un alias et j'ai mis tout ça dans mon .bashrc :

export PAGER="less -r"
alias fromage="yaourt --color --pager"

- page 1 de 8