Vintherine : le blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 5 octobre 2014

Remplacer Dropbox par ownCloud

J'ai évoqué dans un précédent billet les raisons incitant au passage de Dropbox à ownCloud. Je n'y reviendrai pas, une simple recherche « Dropbox polémique » dans votre moteur de recherche habituel vous permettra de vous faire votre propre idée.

OwnCloud étant un produit libre vous pouvez évidement l'installer sur votre propre serveur, si possible auto-hébergé. Ceci est hautement recommandable d'un point de vue libriste mais pas toujours réalisable (qualité de la connexion, disponibilité matérielle et humaine....) et n'est pas l'objet de cet article. Pour le besoin de ce test j'ai utilisé les services d'un hébergeur spécialisé à savoir la mère Zaclys. Vous pouvez naturellement en choisir un autre, par exemple sur cette liste publiée sur le site de ownCloud.

Description de l'offre

La mère Zaclys est une association loi de 1901 proposant un certain nombre de services dont un lecteur de flux, un album photo, un envois de gros fichiers (pièces jointes d'e-mail)... et un cloud. L'offre de ce dernier est très modulaire et évolutive allant de 0€ pour 1Go au serveur dédié. J'ai choisi pour ma part d’adhérer à l'association pour une cotisation de 9,60€/an, ce qui me donne droit à 10Go de cloud. À ce prix là faut pas se gêner. En fait si, il faut se souvenir que c'est une association et pas un supermarché, et que chacun à sa manière peut tenter de se rendre utile.

Pour en savoir plus ça ce passe sur cette page. N'oubliez pas d'activer votre cloud après votre adhésion : c'est deux processus différents.

Lire la suite...

mercredi 1 octobre 2014

Trois randonnées en septembre

Après un été médiocre sur les Alpes le soleil de septembre fut propice à de belles randonnées. En voici trois qui ont en commun d'offrir un panorama superbe au prix d'un faible dénivelé (entre 900 et 1100m).

L'aiguille de Borderan

La combe de Borderan est bien connue des skieurs hors piste qui peuvent l'aborder à partir des remontées mécaniques de La Clusaz. Elle est empruntée également dans sa partie basse par ceux qui redescendent de la via ferrata "Yves Pollet-Villard" qui parcourt la falaise du même nom. Mais c'est aussi une jolie randonnée pédestre aboutissant à un sommet facile d'accès pour autant que le terrain soit sec (pentes herbeuses).

Avec un peu de chance vous pourrez comme nous admirer le vol d'un gypaète barbu − dont un couple niche à proximité − ou les acrobaties aériennes de quelques vautours fauves. Et à la descente, à l'orée de la forêt, vous pourrez remplir votre panier de délicieuses framboises pour vos desserts, confitures, sirops ou liqueurs.

Le Piquet de Nantes

Au Nord de La Mure, entre Grenoble et Gap, le massif du Taillefer occupe une position privilégiée entre Oisans, Belledonne, Vercors et Dévoluy. Les hauts sommets du chaînon oriental (Grand Galbert, Taillefer, Grand Armet, Coiro) sont réputé tant par leurs itinéraires alpins que par leur génépi. Le chaînon central (Grand Serre, Tabor, Piquet de Nantes), un peu moins élevé, et le théâtre d'aimables randonnées aux pentes ensoleillées et aux sommets aisés.

Le Piquet de Nantes, le plus méridional d'entre eux, est accessible depuis La Valette ou Saint-Honoré. La boucle que nous avons suivi, au départ de la Grande Combe (entre col de Malissol et le hameau du Poyet), découvre ses merveilles panoramiques tout au long de la montée. Le Dévoluy tout d'abord, dès la sortie de la forêt, avec L'Obiou, le Grand Ferrand et le Pic de Bure. Le Vercors ensuite, en arrivant sur l'arête sud, avec le Grand Veymont et la Grande Moucherolle. Le Mont Aiguille se découvre petit à petit, caché au début par le Senépi. On voit apparaître ensuite les lacs de Laffrey, tels trois joyaux dans leur écrin. Puis la Chartreuse, émergeant derrière le Grand Serre, et enfin le Taillefer et le Grand Armet, seigneurs de ces lieux.

La descente par la Grande Combe permet de donner encore plus de variété à cet itinéraire qui n'en manquait pas. Et de se régaler ici encore des dernières framboises de l'année.

Le Mont Charvin

Avec ses 2409m le Mont Charvin n'est pas le plus haut sommet des Aravis, loin s'en faut. Pourtant sa position dominante au Sud de la chaîne, l'élégance de ses lignes et son impressionnante  muraille Sud-Est lui confère un prestige qui lui valut le surnom de Cervin Savoyard.

Outre la voie normale parcourant la face Ouest et l'arête Nord-Ouest on peut gravir l'arête Sud (accessible par le Cul d'Ugine ou le Goulet de la Trouye) ou l'arête Nord-Est (accessible par le lac du Charvin, par le col des Porthets ou le pas de l'Ours). Combiner 2 de ces itinéraires permet de faire une boucle et de varier les plaisirs. Après avoir garé les voitures au parking des Chandoches nous nous sommes dirigés vers le col des Porthets, avons coupé au dessus du lac pour rejoindre l'arête Nord-Est et sommes redescendus par la face Ouest.

Super panorama à 360° au sommet couvrant de l'Oisans au Faucigny.

mardi 30 septembre 2014

Lotte de rivière façon meunière

La lotte d'eau douce, ou lotte de rivière, est comme l'omble chevalier un poisson qui nous vient de l'époque glacière pendant laquelle il fut piégé dans des lacs de montagnes et dut s'acclimater. De mœurs essentiellement nocturnes il est difficile à observer (et à pêcher) mais est pourtant présent dans tous nos lacs alpins (Léman, Annecy, Bourget...). Aimant les eaux fraîches il vit dans les fonds sableux où il se nourrit de vers et de larves. Il meurt, paraît-il, si la température de l'eau excède 23°C.

D'un point de vue gastronomique, celui qui nous intéresse principalement ici, c'est un poisson au goût très fin, à l'instar de nombreux poissons d'eau douce de nos régions alpines (brochets, ombles, truites, perches....), mais s'en distingue par la fermeté de ses chairs. Et par bonheur il est peu onéreux et facile à cuisiner. N'hésitez donc pas à en réclamer à votre poissonnier.

Voici une manière toute simple de l’accommoder qui ravira votre cher(e) et tendre lors d'un repas en amoureux :

Choisir une belle lotte d'environ 40cm (c'est les plus grandes que l'on puisse trouver) et demander au poissonnier de la vider mais en gardant le foie et, le cas échéant, les œufs.Si vous ne trouvez pas une telle taille vous pouvez en prendre deux petites.

Retirez le foie et la poche d'œufs, salez et poivrez extérieur et intérieur, farinez.  Faites chauffer un peu d'huile dans une grande poêle (coupez la tête et la queue du poisson si nécessaire) et faites cuire la lotte, le foie et les œufs environ 20 minutes à feu moyen en les retournant régulièrement et délicatement. Réservez le poisson au chaud et déglacez avec un jus de citron et un verre de blanc sec (idéalement une roussette de Savoie, un Ayse tranquille ou un Apremont). Mélangez une cuillère à café de fumet de poisson lyophilisé et laissez réduire. Pendant ce temps servez le foie découpé en fines tranches (et les œufs) en apéritif sur des toasts grillés. Avec le même vin de Savoie, cela va de soi.

Quand la sauce sera suffisamment réduite éteignez le feu et faites fondre dans la poêle encore chaude environ 30g de beurre. Levez les filets du poisson et présentez-les dans une assiette chaude, nappés de sauce et accompagné de riz ou de pommes vapeurs. Avec le même vin de Savoie, cela va de soi.

jeudi 18 septembre 2014

TouchpadToggle : Gestion du touchpad

Le touchpad, je ne m'en sers que quand je ne peux pas faire autrement, c'est-à-dire quand je n'ai pas de souris. Par contre quand il est actif il me gène plus qu'autre chose et l'activité des mains sur le clavier provoque bien des erreurs. Il y a bien une touche de fonction prévue à cet usage sur mon ordinateur mais elle ne fonctionne pas nativement dans mon environnement de travail (Archlinux Openbox). Aussi je l'avais tout simplement (et paresseusement) désactivé en mettant dans mon autostart la première commande trouvée sur le web :
$ /usr/bin/synclient TouchpadOff=1 &

Curieusement cela n'affecte que le déplacement du pointeur, mais pas l'activité des boutons. ClickPad=0 résolvait partiellement le problème (le simple clic, mais pas le double) mais la recherche commençait à devenir pénible et je sentais bien que si je voulais une solution pérenne il me fallait reprendre le problème à la base. En l’occurrence la base c'est xorg (tant que Wayland n'aura pas définitivement remplacé xorg), et ça tombe bien, chez xorg ils ont commis un petit outil en ligne de commande pour gérer les périphériques d'entrée : xinput (que vous trouverez dans le paquet xorg-xinput de toutes les bonnes distributions).

Voici donc ma démarche et le petit script qui en résulte (voir à la fin de l'article). À adapter en fonction des besoins et du matériel.

Lire la suite...

samedi 6 septembre 2014

Le chiffrement des données sur le cloud (pour les nuls)

Une affaire des photos de stars volées sur Icloud a fait quelques bruits récemment. Et comme toujours un déchaînement de commentaires tous plus beaufs les uns que les autres :

  • bien fait pour elles, n'avaient qu'à pas faire des photos cochonnes
  • bien fait pour elles, n'avaient qu'à pas utiliser icloud
  • bien fait pour elles, z'avaient qu'à mieux protéger leur données
  • ...

Bon, on ne va pas ici faire des commentaires sur les commentaires !

Par contre on peut sans doute faire un lien avec d'autres affaires qui ne firent pas autant de bruit, si ce n'est dans la communauté libriste :

Voila qui, dans un cas comme dans l'autre, apporte de l'eau au moulin des logiciels libres, tels EncFS pour le chiffrement ou Owncloud pour la synchronisation des données en ligne. L'utilisation de ce dernier fera l'objet d'un futur article, mais signalons dès à présent qu'il existe de nombreux hébergeurs offrant ce service. Et revenons au chiffrement.

EncFS est un système de fichiers chiffrés extrêmement simple à installer et à utiliser. Conçu initialement pour Linux, il est également porté sous Windows, sous Mac et sous Android.

Lire la suite...

vendredi 29 août 2014

Sápmi 2014 : le récit

Nous avons réalisé cet été notre beau projet de randonnée pédestre en Sápmi:  236,55 km (dont une bonne moitié hors sentier) à travers les parcs de Stora Sjofället, du Sarek, du Padjelanta et du Rago. Contrairement au plan initial nous n'avons pas fait une simple traversée mais une boucle Ritsem - Ritsem, évitant ainsi un long trajet en bus et en train pour retrouver la voiture.

Une grande différence avec notre périple de 2012 (traversée Stora Sjöfallets - Sarek - Narvik) fut la météo. Un beau temps exceptionnel pour la région, avec des températures atteignant 25°C ou plus les premiers jours, pendant qu'il faisait un temps de chien sur les Alpes françaises.

Ceux qui seraient tentés par une telle aventure trouveront sur cette page un descriptif détaillé de l'itinéraire suivi, avec liens vers nos trace GPS et conseils pratiques. Vous pouvez aussi regarder notre album photos ou ci-dessous sous forme de diaporama (HD 720, n'hésitez pas à passer en plein écran)

samedi 21 juin 2014

Balade au Bout du Monde

Ma chère et tendre étant en difficulté avec ses genoux, mais ce samedi s’annonçant ensoleillé, nous nous mîment en recherche d'une balade pas trop longue et sans beaucoup de dénivelé. Les cartes en ligne telles celles de l'IGN ou de SuisseTopo sont parfaites pour cela. Et nous nous sommes finalement décidés pour le Bout du Monde.

La réserve naturelle naturelle nationale de Sixt-Passy est la plus grande réserve naturelle de Haute-Savoie.Elle comprends de hauts sommets calcaires tels le Buet et le Grand Mont-Ruan culminants à plus de 3000m. quelques glaciers malheureusement menacés par le réchauffement climatiques, et à leur pied l’extraordinaire cirque du Fer à Cheval, Haut de 500 à 700m, long de 5km et d'où jaillissent plus de 30 cascades.

Plus loin la vallée devient plus étroite, encaissée entre les murailles du Tenneverge, du Mont-Ruan, des Avoudrues et de la pointe de Bellegarde. Ici encore jaillissent des dizaines de cascades toutes plus spectaculaires les unes que les autres. Certaines font résurgence et sortent directement de la roche, Au fond de cette vallée chemine un sentier débonnaire, d'où l'on peut admirer ces merveilles. Il vient buter contre les tours de Saint-Hubert, contrefort du Mont-Ruan, ultimes falaises de ce monde vertical, dans un lieu justement appelé le Bout du Monde.

Pour éviter un aller et retour par la même route nous sommes monté par le pas du Boret et le chalet du même nom, avant de traverser par un sentier en balcon vers le Bout du Monde. Bonne pioche ! Alpages fleuris, sentier ombragé et vue splendide sur le Tenneverge.

Les photos c'est ici .


Haute vallée du Giffre et cascade de la Vogealle

mercredi 11 juin 2014

La Haute Cime des Dents du Midi

Certaines montagnes exercent un pouvoir d'attraction irrésistible. C'est pour moi le cas de la Haute Cime des Dents du Midi dont l'élégante arête sud attire le regard autant que les pas du montagnard. 

Bien visible depuis l'autoroute descendant à La-Roche-Sur-Foron, mieux encore depuis les sommets du Haut-Faucigny ou depuis les Portes du Soleil, elle domine de ses 3257m la vallée du Rhône et le lac Léman et fait face au Mont-Blanc par dessus la tour Sallière et le Mont Ruan. Bref, voilà longtemps que ce sommet était dans ma liste, et puisque ni ma chère et tendre ni aucun de mes amis n'étaient disponible pour ce week-end de Pentecôte je me suis décidé à y aller seul.

Début juin est une période idéale pour cette course : le sentier d'été est presque totalement déneigé, ce qui est parfait pour la montée, mais de longs champs de neige subsistent, notamment sous le sommet et sous le col de Susanfe, ce qui évite aux genoux de trop souffrir des 1850m de dénivelé à la descente. Juste au dessus du lac un alpage plat, sec et sans cailloux constitue un emplacement rêvé pour un bivouac et tout au long du chemin il est possible de remplir sa gourde aux eaux de ruissellement. Enfin il y encore bien peu de monde pour un si bel endroit, une fois passé le barrage : je n'y ai en effet rencontré qu'un couple au sommet et un valaisan solitaire au col des paresseux, avec lequel j'ai fait du reste une partie de la descente.

Seul regret : une brume, que certains appellent brume de beau temps, mais que j'attribuerais plutôt à la pollution, ne me permit pas d'apprécier pleinement le paysage. C'est à peine si je pouvais deviner les sommets des alpes valaisannes au delà du Grand-Combin ainsi que Montreux et le Léman pourtant si proches.

La page des photos.

Vue depuis la tête de Bostan Vue depuis le lac de Salanfe Itinéraire à la Haute-Cime
À la tête de Bostan le 16/03
Depuis le lac de Salanfe
Mon itinéraire

Les Arches du Vet dans le Valbonnais

Après avoir exploré quelques unes des plus belles arches de Chartreuse notre attention a été attirée par mon cousin Rémi sur une curiosité de la région du Valbonnais, en périphérie du parc national des Écrins. Il s'agit d'une cargneule, formation d'origine dolomitique d'aspect ruiniforme, en plein milieu d'une zone de roches métamorphiques.

Vue d'en haut Vue de l'autre coté

Le lecteur exigeant lira avec profit une explication détaillée sur cette page d'un site consacré à la géologie et au patrimoine de la Matheysine et de ses alentours. Pour ma part je me contenterais de vous recommander une agréable randonnée pédestre, pour partie hors sentiers, qui aurait juste mérité un meilleur ensoleillement. En ce début juin nous avons bénéficié d'une floraison variée et des cabrioles de quelques éterlous. Voir sur notre album une sélection de photos.

Pour les amateurs voici trace GPS et son rendu sur la carte.Nous l'avons fait dans le sens Entraigue -> Les Doras, en ayant préalablement laissé un véhicule à l'arrivée. Au niveau de la cabane des Drayes nous avons eu du mal à trouver notre chemin : ne suivez-pas bêtement notre trace :-) Le fichier gpx est quand à lui incomplet car j'avais oublié de mettre mon GPS en position trace dès le départ, mais le début du chemin n'est pas difficile à trouver.

vendredi 30 mai 2014

Sápmi 2014 : les préparatifs

Comme en 2012 nous retournerons cette année en pays Sápmi avec pour objectif une boucle traversant 3 parcs nationaux suédois (Stora Sjöfallet, Sarek et Padjenlanta) et un parc norvégien (Rago). Au total 210km et 4210m de dénivelé, prévus en ±12 jours en fonction de la météo et des options choisies. Voici un aperçu de l'itinéraire (cliquez pour agrandir) :

Vous trouverez ci-dessous des liens avec des cartes détaillées des 4 parties du trajet, utilisant les conventions suivantes :

  • Les traits en rouge représentent l'itinéraire prévu, ceux en vert les variantes possibles
  • Les traits pleins correspondent aux marches sur sentier, les pointillés hors sentiers.

Nous pensons tenir une moyenne de 17km/jours hors piste et 23km/jours sur les sentiers.

Lire la suite...

jeudi 29 mai 2014

Les sabots de Sulens

Nous les avions vus l'année dernière au Granier, C'est à la montagne de Sulens, près du col de Plan Bois, que nous les admirerons cette année. La floraison s'annonce magnifique et de nombreux plans sont prêts à s'ouvrir. Et c'est même le cas de l'un d'entre eux, sans doute réchauffé par la proximité de la route à seulement 2m des fleurs (cliquez sur les images pour les agrandir).

samedi 4 janvier 2014

Liqueurs

Faire soi-même ses liqueurs, pour peu que l'on puisse trouver les bon ingrédients, est une chose facile et agréable.

J'ai déjà évoqué le génépi dans un billet précédent : il s'agit d'une recette un peu particulière car, comme toutes celles de liqueurs à base de plantes, il vaut mieux la réaliser à partir d'alcool pur (≥ 90°) pour éviter un goût de fruit résiduel. Par contre une simple eau de vie de fruit à 45°, comme on en trouve en grande surface, conviendra parfaitement à toutes les liqueurs de fruits. Ici en Haute-Savoie, comme dans bien des régions montagneuses, on trouve aisément de nombreux fruits sauvages, tellement plus parfumés que les variétés de culture : myrtilles, framboises, fraises des bois, airelles... Nous utilisons toujours la même recette : 400g de fruit et 200g de sucre dans 1 litre d'alcool, laisser infuser au moins 1 mois, filtrer et mettre en bouteille.

Cette année nous avons essayé avec du genévrier : 100g de baies concassées dans 1 litre d'alcool, filtrer puis sucrer. Il est important de choisir des baies bien mûres, de couleur violet foncé, et de les ramasser après les premières gelées. Nous avons ramassé les fruits fin décembre, résultat dans quelques semaines.

Quand vous vous baladez en montagne, dès la fin de l'été, pensez à prendre quelques récipients.

Avec de jolies étiquettes de votre composition cela fera de superbes cadeaux de Noël, généralement fort appréciés.

vendredi 3 janvier 2014

Meilleur vœux à tous

voeux-2014.jpg

Les photos ci-dessus sont tirées de notre diaporama rétrospective 2013

samedi 23 novembre 2013

Ma procédure d'installation Archlinux

Contrairement à bon nombre de distributions Archlinux ne possède pas de LiveCD avec processus d'installation plus ou moins automatisé. Bien au contraire c'est le futur utilisateur qui doit, étape après étape, préparer son ordinateur, installer les paquets de base, choisir ses pilotes graphiques, paramétrer le système et le(s) compte(s) utilisateur(s), choisir les applications qu'il utilisera... Ce qui peut apparaître comme une tâche rébarbative à certains est en fait un exercice didactique plus qu'intéressant, seul à même d'aider à passer progressivement du rôle passif de consommateur à celui d'artisan de son système d'exploitation, c'est à dire de concepteur, agenceur, réalisateur puis administrateur.

Pour nous aider dans cette procédure nous disposons de l’excellent wiki du site archlinux.fr (ou de sa version anglaise, plus complète). La méthodologie d'installation est expliquée pas à pas et sauf configuration exotique ou trop nouvelle on y trouvera tout ce qui est nécessaire et suffisant à une installation propre. En cas de difficulté on peut également compter sur une communauté très réactive dans les forums.

Toutefois pour ceux qui installent souvent des PC install parties, boulot, amis...(1) il est tentant d'essayer d'automatiser un peu les choses.

La première étape est d'utiliser ssh : cela permet le copier / coller et évite les fautes de frappe.

Ensuite, et à condition de mettre à jour régulièrement ses fiches à partir du wiki, de compiler les instructions qui nous concernent habituellement, et celles-ci seulement. Ce n'est pas la peine par exemple de ce farcir la virtualisation, les pilotes graphiques propriétaires ou même le trio apache / php / mysql si l'on installe essentiellement des machines de bureau. En cas de besoin il sera toujours possible de retourner au wiki.

Lire la suite...

lundi 4 novembre 2013

Le jeu du chat et de la souris

À l'époque héroïque où j'ai découvert Internet (1994 ?) j'utilisais un modem 28Kbs et devais me connecter sur un BBS en Normandie (Calvacom) depuis ma Savoie natale. Au prix où France Télécom facturait la minute, le surf était plutôt limité. De ce fait les messages publicitaires étaient franchement mal vus. C'est tout juste si l'on admettait qu'une signature en bas de mail fasse référence à l'entreprise dans laquelle on travaillait. Le web était encore balbutiant et une pub sur Mosaic (l'ancêtre incestueux de Netscape dont une version devint Mozilla avant de se libérer et de donner naissance à Firefox...ouhhh), aurait vraiment paru incongrue.

Puis vint le RNIS qui permettait le surf à 64Kbs tout en laissant une ligne pour recevoir les appels téléphoniques. Mais comme FT facturait le double il n'y avait pas franchement d'économies. Aussi cette technologie ne trouvait preneur que dans les petites entreprises (dont le petit artisan que j'étais) pendant que les grosses utilisaient des lignes dédiées et les particuliers des modems 56Kbs. Toutefois les géants du commerce commençaient à entrevoir ce que le Web pouvait leur apporter et l'on vit fleurir les sites .com, pris de haut par les barbus de l'époque qui n'avaient que leur mépris à opposer à ceux qui allaient irrémédiablement briser leur rêve d'un Internet communautaire, éducatif et solidaire.

l'ADSL apparut en 1999, d'abord dans les grandes villes. C'était un progrès incontestable puisque pour la première fois la grande masse des utilisateurs n'avait plus à payer la connexion à la durée et il était possible de télécharger des fichiers important. Pour les linuxiens cela voulait dire les CD d'installation et les mise à jour de nos distributions, mais aussi les forums, les fanzines... Pour madame Michu il manquait encore un peu de contenu mais le monde du commerce comprit vite qu'il tenait là un filon inestimable. En dehors des épiphénomènes tel l'éclatement de la bulle Internet en 2000, on assista à une mainmise de nouveaux géants du web (Yahoo, Google, Amazon, Ebay....) sur Internet pendant que la publicité s'abattait sur le réseau comme la vérole sur le bas clergé.

Alors la souris internaute chercha tous moyens à se protéger des griffes de Raminagrobis.


Lire la suite...

dimanche 3 novembre 2013

Installation d'Archlinux sur un Asus X75VD

Dans une grande surface près de chez moi j'ai trouvé un Asus X75VD en solde pour la modique somme de 350€. Sachant que Asus rembourse 42€ sur simple demande par mail (voir ci-dessous) une licence Windows 8 sans utilité, cela ramenait à 308€ pour un i3, 8Go de RAM et 750Go de disque. Ça tombait bien, le PC de ma fille aînée commençait à donner des signes de faiblesse.

À peine envoyé le mail qui va bien à Asus, et puisque le PC était destiné à ma fille, j'insérais sans délai la clé USB d'installation de la LinuxMint dont elle avait l'habitude et... écran noir. Ah ! Qu'est-ce à dire ? Mint buggué ?

Je télécharge Ubuntu, insère derechef la sus-dite clé... pour un résultat identique. Ah !

Pour vérification j'insère la clé d'installation Archlinux et là pas de problème. Le problème vient donc de xorg. Pourtant j'étais sûr qu'il y avait une GPU Intel. Je fais lspci | grep VGA pour vérifier et...

lspci | grep VGA
00:02.0 VGA compatible controller: Intel Corporation 3rd Gen Core processor Graphics Controller (rev 09)
01:00.0 VGA compatible controller: NVIDIA Corporation GF119M [GeForce 610M] (rev a1)

Damned, je suis refait, il y a 2 cartes graphiques, une Intel et une nVidia. Il s'agit de fameuse fumeuse technologie Optimus, qui valut entre autre un beau doigt d'honneur de Linus à l'adresse de nVidia. Et rien dans le BIOS permettant de désactiver l'une des deux cartes.

Retour sur la doc Ubuntu :

impossibilité de démarrer un média d'installation (LiveCD, LiveUSB) et de manière plus générale, l'impossibilité de démarrer un Linux quelconque. Ce problème est généralement dû à un Kernel Panic provoqué par le pilote libre pour carte graphique nVidia, nouveau, qui supporte très mal cette technologie.

Ben y'a qu'à pas l'installer le pilote nouveau, comme ça on restera bien sagement avec le pilote xf86-video-intel. Oui mais ça c'est pas dans la philosophie Ubuntu : par défaut on installe tous les pilotes et on laisse udev se démerder. Bon, il y a sûrement moyen de se faire une installation à la pogne mais j'ai trop peur qu'un apt-get dist-upgrade vienne tout casser. Je me décide donc pour installer une Arch, au moins je sais ce qu'il s'y passe.

Lire la suite...

lundi 16 septembre 2013

Génépi

Il y a génépis et génépis, ça tous les cueilleurs le savent ! Oui mais comment les distinguer ? Sont-ils protégés ? Où peut-on en ramasser ? En quelle quantité ? Quelles précautions faut-il prendre pour préserver la reproduction ? Hum... Pour une grande majorité la seule réponse est d'éviter de ramasser dans les parcs nationaux. Ce qui est une erreur à plus d'un titre, comme nous allons le voir ci-dessous.

Les différentes espèces

Tout les génépis font partie de la famille Asteraceae, genre Artemisia. 4 seulement sont utilisés pour produire de la liqueur

Génépi laineuxArtemisia erianthaSynonymes : génépi mâle, génépi bourru, génépi à fleurs cotonneuses. 

C'est le plus vigoureux, sa taille peut dépasser 20 cm et comporte de nombreux capitules sur tout le long de la tige. Couvert d’une abondante pilosité blanche et soyeuse, il se rencontre uniquement sur sols siliceux (principalement Granites et Gneiss) et est très odorant. C'est aussi le seul qui soit totalement protégé dans les Alpes.

Photo prise près du sommet du Pic de l'Homme (massif de la Meije). (licence CC: BY-SA 3.0 Fr)

Génépi noir Génépi noirArtemisia genipi / Artemisia spicataSynonyme : génépi vrai

Ses fleurs sont groupées en haut d'une tige courte (ce qui le distingue du génépi laineux), il a des feuilles supérieures non pétiolées et des écailles noirâtres sur le calice (d'où son nom). Il exhale un parfum d'absinthe et se rencontre sur les rochers, les gravières et les moraines.

Photo prise près du col de la Chevrière, au dessus du Fond d'Aussois. (licence CC: BY-SA 3.0 Fr)

Génépi jauneArtemisia umbelliformis / Artemisia mutellinaSynonymes : génépi blanc, génépi mutellin, génépi femelle.

Gracile, c'est le plus frêle. C'est l'espèce la plus courante sur le massif des Écrins. Ses capitules peu fournis forment un épi lâche et ses senteurs seraient des plus sensuelles.

Photo prise au dessus du Lac Blanc, sous le glacier de Fredanne, Belledonne. (licence CC: BY-SA 3.0 Fr)

Le génépi des glaciers, Artemisia glacialis. 

Voici l'espèce la plus rare, mais la moins parfumée. Ses capitules d'un jaune franc terminent de courtes tiges émergeant d'une sorte de coussinet de feuilles assez compact. On en trouve plus particulièrement dans la partie orientale du département des Hautes-Alpes et en Vanoise, dans les éboulis et les moraines. Il possède de gros capitules jaunes groupés par 2 à 9 tout en haut de la tige.

La photo ci-contre est l'œuvre de Roland Teuscher, publiée sur wikimedia sous licence GNU Free Documentation License

Cliquez sur les vignettes pour une vue agrandie des photos.

Lire la suite...

dimanche 15 septembre 2013

3 randonnées face à la Meije

La Meije, de par son histoire, sa position, son esthétique, ses difficultés alpines... est une montagne à part dans les Alpes. S'il faut s'enfoncer profondément dans le massif des Écrins pour admirer la fantastique muraille rocheuse de sa face Sud, on peut contempler aisément sa face Nord et les contrastes violents de ses glaciers avec la masse sombre du Grand Pic.

Voici 3 jolies ballades pour l'observer sous toutes ses coutures :-)

Pic de l'Homme 20130822_La-Grave_Trace.JPG Goléon
Le Pic de l'Homme Les vallons de la Meije Le Goléon

Le Pic de l'Homme est un sommet secondaire sur l'arête du Bec du même nom. Il s'atteint depuis le sentier qui mène au refuge de l'Aigle à travers des systèmes d'éboulis à priori peu engageants mais finalement assez aisés. On y trouve un magnifique génépi mais... son fin duvet blanc est caractéristique du génépi laineux dont le ramassage est interdit par arrêtés préfectoraux dans les départements des Hautes-Alpes et de l'Isère.
Au sommet la vue est majestueuse (meijestueuse ?) sur l'arête reliant le Grand Pic au Doigt de Dieu, itinéraire initiatique de nombreux apprentis alpinistes. L'album photo

Les vallons de la Meije constituent un itinéraire que l'on emprunte habituellement à ski. Prendre le téléphérique jusqu'à la gare intermédiaire permet de commencer la promenade vers 2400m, de descendre légèrement au lac du Puy Vacher et de monter jusqu'à la gare supérieure au bord du glacier de la Girose. À la descente suivre l'arête du Peyrou d'Amont (encore du génépi !) jusqu'à la brèche de Pacave puis basculer sur le Clos de Cala. Vue imprenable sur les austères face Nord du Râteau et du Grand Pic de la Meije. De retour à la gare intermédiaire on devine l'itinéraire empruntant les Enfetchores de gauche pour atteindre la brèche de la Meije et de là le refuge du Promontoire, point de départ de la traversée de la Meije. L'album photo

L'ascension du Goléon n'est théoriquement plus de la randonnée : il faut traverser le glacier Lombard (crampons recommandés) et escalader une arête rocheuse (quelques pas de III). Cela reste toutefois une course facile à la portée du plus grand nombre. Ici on prend du recul par rapport à la Meije, on la resitue dans ce massif des Écrins si bien nommé, et même au delà avec une vue à 360° sur les Alpes françaises. Au passage on contemplera les reflets de la Meije dans un joli petit lac près du refuge. L'album photo


Les reflets de la Meije dans le lac du Goléon.

lundi 9 septembre 2013

Nouveautés dans nos albums photos

Voilà quelques temps que je fais des panoramas, soit en exploitant la fonction de mon appareil photo prévue à cet effet, soit en utilisant l’excellent programme Hugin. Encore fallait-il les exploiter, les mettre en valeur, car réduits à la taille d'un écran ordinaire ils présentent finalement assez peu d'intérêt. Il suffisait pour cela d'activer et d'utiliser le plugin jquery.panorama disponible avec piwigo, ce qui produit un résultat assez sympathique (IMHO). En associant aux photos un tag qui va bien, cela permet d'accéder rapidement à tous nos panoramas.

Par ailleurs je trouve un certain plaisir à utiliser ffDiaporama pour compiler quelques sélections de photos et/ou bouts de films. Piwigo ne nous permet pas de gérer directement les vidéos mais le plugin Embeded Video fait l'affaire. J'ai donc créé un album Vidéos que je me promet de remplir rapidement, notamment avec des rétrospectives des année précédentes. 

Certains albums, particulièrement fournis (les albums montagne notamment), faisaient un peu fouillis; j'ai donc décidé de les réordonner en sous-albums. Pour l'instant seul montagne 2013 et Ouganda-Kenya 2013 ont été réorganisés mais d'autres vont suivre.

Les albums de la rentrée :

Et évidemment quelques nouvelles photos dans l'album Tatsuki

Tour du massif d'Ambin

Le chaînon d'Ambin, composé des Dents, d'Ambin, du Mont d'Ambin et de la Pointe Ferrand, est un massif frontalier culminant à 3378m au sud du Mont-Cenis, entre la Haute-Maurienne (Savoie) et la vallée de Suse (Piémont, Italie). C'est sous cette montagne qu'est prévu la liaison ferroviaire Lyon-Turin.

Une joli randonnée de 2/3 jours permet d'en faire le tour, avec plusieurs variantes possibles. Pour notre part nous avions décidé de nous avancer en bivouaquant le samedi soir près du lac de Savine. Départ du 1er pont après le refuge du Suffet (point coté 1864m), prendre le chemin des chèvres, balisé mais non reporté sur la carte IGN Val Cenis 3634 OT au 1/25000 (2h40).

Du lac rejoindre par le col Clappier le joli refuge Vaccarone (2h30, gardien sympathique, à recommander) puis continuer plus ou moins à flanc pour rejoindre le passo Clopaca (1h20). Prendre à droite (Ouest) puis encore à droite après un premier lacet un ancien chemin muletier récemment restauré et bien balisé (pancarte indiquant le bivouac Walter Blais).  4h du passo Clopaca au col d'Ambin, où nous avons apprécié cet abris (modeste mais confortable et bien isolé) en compagnie d'aimables bouquetins.

Le lendemain nous avons fait l'ascension de la pointe Ferrand par sa face Ouest (crampons nécessaire) : 2h30 aller et retour, y compris la séance photos au sommet. Il ne nous restait plus qu'à descendre par le couloir du lac puis rejoindre en 2h40 le chaleureux refuge d'Ambin où nous attendait une savoureuse omelette.


La dent Parrachée vue du lac de la Savine. Les autres photos, c'est par ici.

Génépi

Le massif d'Ambin est réputé pour son génépi. Les coins sont nombreux mais on ne va pas tout raconter ici, n'est-ce-pas ? Attention toutefois :
  • Coupez les brins à l'aide d'un couteau ou de ciseaux et laissez quelques hampes florales par touffe pour permettre la dissémination.
  • À ce jour, et contrairement aux départements des Hautes-Alpes et de l'Isère (100 brins par personne et par jour), le ramassage du génépi n'est pas réglementé en Savoie, mais ce n'est pas une raison pour laisser un désert derrière soi. Ne prenez que pour votre consommation personnelle, et retenez que le colportage, la vente et l'achat de génépi sauvage sont interdits.
  • La cueillette du génépi est interdite en Italie.

- page 1 de 7